A la une, Agriculture, Flash Info

SECTEUR AGRICOLE BURKINABE: La Chine offre des intrants agricoles aux producteurs de Bama et de Nariou


La République populaire de Chine à travers son équipe d’assistance technique a offert des intrants agricoles aux agriculteurs de la région des Hauts-Bassins et du Centre-ouest. Ces intrants d’une valeur estimée à 20 millions de FCFA ont été remis officiellement par l’ambassadeur de Chine au Burkina Li Jian le mardi 18 juin dernier à Ouagadougou. A travers ce geste, la Chine entend apporter sa contribution au développement agricole du Burkina.


Le secteur de l’agriculture figure en bonne en place dans la coopération entre la République populaire de Chine et le Burkina Faso, en témoigne plusieurs actions déjà entreprises dans ce sens depuis le rétablissement des relations diplomatiques entre les deux pays. La présente remise d’intrants agricoles s’inscrit dans cette dynamique. A travers ces intrants d’une valeur estimée à 20 millions de FCFA, la partie chinoise entend selon l’ambassadeur de Chine Li Jian apporter sa contribution au développement agricole du Burkina. Ces intrants sont composés de 10 tonnes de NPK, de 10 tonnes d’urées et 3 tonnes de semences pour le site de Nariou, et 12 tonnes de NPK et 11 d’urées tonnes et 6 tonnes de semences pour la plaine aménagée de Bama. Pour l’ambassadeur Li Jian, le secteur agricole est l’un des secteurs prioritaires de la coopération entre la Chine et le Burkina Faso et son pays est prêt à partager sans réserve son expérience et son savoir-faire avec le Burkina. « Elle fait de son mieux pour le soutenir davantage dans le domaine agricole afin de faire de la sécurité alimentaire une réalité dans un avenir proche », a indiqué l’ambassadeur Li Jian. Rappelant les actions déjà entreprises dans ce sens, l’ambassadeur a fait savoir qu’en juin 2018, le gouvernement chinois a envoyé une équipe d’assistance technique agricole au Burkina Faso. Cette équipe a réalisé 37 enquêtes sur l’agriculture dans 11 régions du pays, formé plus de 1500 personnes en technologies agricoles et a octroyé aux agriculteurs des machines agricoles, des engrais et des semences d’une valeur de plusieurs milliards. Toute chose qui a permis d’atteindre des résultats probants. « A Bama la production de riz cultivé par les agriculteurs burkinabè et encadrés par des experts chinois a atteint 5,8 tonnes par hectare soit le double de l’année précédente », a relevé Li Jian à titre d’exemple avant d’ajouter que son pays mettra également en œuvre le projet sur le mil au profit des agriculteurs afin d’accroître considérablement la production locale de cette céréale. A l’en croire, une deuxième phase de projets d’assistance technique dans le secteur agricole entre les deux pays est actuellement en élaboration. L’ambassadeur Li Jian a par ailleurs saisi l’occasion pour réaffirmer le soutien de son pays au Burkina tant dans la lutte contre le terrorisme que dans la lutte contre l’insécurité alimentaire. Le directeur des productions végétales, Pascal Soubeiga qui représentait le ministre de l’Agriculture a adressé les remerciements de ce dernier au gouvernement chinois pour cet acte de solidarité à l’endroit du peuple burkinabè « Par ce geste vous aidez les producteurs de Nariou et de Bama et à travers eux les producteurs du Burkina Faso à pêcher au lieu de leur donner du poisson », a soutenu Pascal Soubeiga. En effet, selon lui, lors de la reprise des relations diplomatiques entre les deux pays, le soutien à un essor véritable de l’agriculture burkinabè fut un des engagements forts du gouvernement chinois. Ainsi plusieurs actions ont été déjà menées dans ce sens, le directeur général de la production végétale n’a pas manqué de saluer la qualité de ce partenariat jeune, mais déjà grand de par ces réalisations. S’adressant aux bénéficiaires, le directeur des productions végétales les a invités à faire un bon usage de ces intrants. « Faire un bon usage signifie, exploiter au mieux le potentiel de ces intrants pour d’une part satisfaire leurs besoins alimentaires en riz et d’autre part, leur procurer un revenu substantiel par la vente du surplus de leur production », a-t-il laissé entendre. Tout en saluant la qualité des relations entre les deux pays, le directeur général de la production végétale a saisi l’occasion pour souhaiter l’appui de la Chine dans l’opérationnalisation de la centrale d’approvisionnement en intrants et équipements agricoles que le gouvernement travaille à mettre en place.

Par Roger w.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*