A la une, Flash Info, News

Transition de l’économie informelle vers le formel: les acteurs réflechissent sur les differentes stratégies à adopter

Le Chef du Gouvernement, Christophe Joseph Marie Dabiré a procédé ce jeudi 18 juillet 2019 à Ouagadougou, au lancement officiel des activités entrant dans la cadre la 3ème édition du Forum national de l’économie informelle. Organisé par le Ministère de la jeunesse et de la promotion de l’entrepreneuriat des jeunes, cette rencontre constitue un cadre de dialogue entre le Gouvernement et les acteurs de l’économie informelle qui participent en moyenne pour près de 30% à la formation du Produit intérieur brut et qui occupent une part non négligeable de la population active burkinabè.

« Quelles stratégies pour une formalisation plus accrue et une facilitation des activités des unités économiques informelles agricoles et non agricoles » : c’est sous ce thème que s’est ouvert ce jeudi 18 juillet 2019, la 3ème édition du forum national de l’économie informelle. Durant trois jours, environ 1000 acteurs de ce secteur capital pour l’économie nationale, venus de toutes les régions du pays, vont échanger autour de leurs préoccupations et surtout aux voies et moyens pour leur virage réussi vers le formel. Ce cadre de dialogue a été souhaité par les acteurs, au cours de l’édition 2017 de la rencontre Gouvernement/ secteur privé.
Les différents intervenants au cours de la cérémonie d’ouverture des présentes assises, à savoir le Maire de la commune de Ouagadougou, le représentant des acteurs de l’économie informelle, le représentant de l’Organisation internationale du travail, le président de la Chambre de commerce, le représentant du ministre du commerce et le ministre en charge de la jeunesse, ont tous reconnu l’importance, le rôle et la place de l’économie informelle dans le développement socioéconomique du Burkina Faso.

Les participants au forum

En effet, ce secteur occupe, selon les statistiques, environ 70 % des jeunes actifs en milieu urbain et 25% en milieu rural. Quant à sa participation au produit intérieur brut, elle dépasse 60%.
Les autorités burkinabè sont convaincues de l’importance de ce secteur dont les handicaps majeurs sont : la faible organisation des acteurs, les difficultés d’accès au financement et le manque du professionnalisme des acteurs. L’organisation de ce forum est donc une ébauche de solution que les autorités souhaitent trouver avec les principaux concernés. A terme, dira le ministre en charge de la jeunesse, cette rencontre devrait permettre au Gouvernement, de disposer d’une stratégie appropriée de formalisation et d’appui à l’économie informelle.
Le Chef du Gouvernement tout en félicitant les acteurs pour cette initiative, leur a transmis les salutations du Président du Faso.

Le Premier ministre Christophe Dabiré

Pour Christophe Dabiré, cette rencontre devrait déboucher sur les conclusions qui seront comme une boussole pour le Gouvernement dans la recherche des voies et moyens pour améliorer la participation de l’économie informelle au développement socioéconomique du Burkina Faso. Cela passe par la création de petites et moyennes entreprises qui créent de l’emploi pour les jeunes et génèrent des revenus. Il a invité les participants à approfondir la réflexion qui va déboucher sur des recommandations pertinentes en vue d’une évolution de l’économie informelle vers le formel. Les goulots d’étranglement de ce secteur sont déjà connus et pour le Chef du Gouvernement, tout est mis en œuvre pour les résoudre et ce forum est la tribune par excellence pour ce dialogue.
DCI/ PM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*