A la uneFlash InfoInterviews

Nicolas Z. Sawadogo, maire de Boussé : « A l’horizon 2035, Boussé sera une ville émergente (…) C’est une prophétie qui va se réaliser »

Dans cette interview qu’il nous a accordé, le maire de Boussé, Nicolas Z. Sawadogo qui nourrit de nombreux ambitions pour sa commune dresse son bilan à mi-parcours et décline ses projets.

En tant que pasteur, qu’est ce qui explique votre engagement en politique ?
Je me suis engagé en politique parce que j’ai en cœur le développement de ma commune. J’estime qu’en tant que pasteur la politique est un moyen que je peux utiliser pour travailler à développer notre localité. Moi je fais de la politique de développement. Il n’y a rien de tel parce que la politique rassemble tout le monde. Il n’y a pas de parti politique religieux. Tout le monde s’implique. Avec la politique, j’arrive à toucher tout le monde : musulmans, chrétiens, animistes. Je trouve dommage que des gens au lieu de faire de la politique de développement viennent en politique pour faire du business. C’est vraiment déplorable.

Avez-vous des regrets après votre engagement dans la sphère politique marquée, entre autres, souvent par des trahisons, des coups-bas et de fausses promesses ?
Je me dis que si tu viens en politique et que tu n’es pas animé par un esprit de développement, tu es obligé de faire la mauvaise face de la politique. C’est ce qui fait que les choses ne peuvent pas marcher. En tant que pasteur, je mène ma vie ecclésiastique normalement avec à côté la politique. En réalité, je me rends compte que les 2 se marient. Donc je n’ai pas de regrets.
Cela fait 3 ans que vous êtes à la tête du Conseil municipal de Boussé. Quelles sont les actions que vous avez mené au profit de la population ?
Au cours de ces 3 ans, nous avons fait d’importantes réalisations. Avec l’aide du gouvernement, nous avons réalisé des CSPS et des écoles. Actuellement, nous construisons des salles de classe pour la normalisation de certaines écoles. En plus de cela, les jeunes ont eu une maison bien équipée de 251 places. Egalement, le budget de notre commune a été augmenté grâce au soutien du programme d’appui aux collectivités territoriales (PACT) et au fonds permanents pour le développement des collectivités territoriales (FPDCT). Avec le PADEL, nous allons construire des boutiques. En dehors de ce que l’Etat a fait, nous avons pu, grâce à nos partenaires, réaliser de nombreux châteaux d’eau et des forages. Nous avons pu financer quelques micro-projets des femmes. Par ailleurs, nous avons donné des moutons, bœufs et volaille à certaines personnes pour faire de l’élevage. Nous avons fait venir des lits électriques que nous allons repartir dans les formations sanitaires. Au niveau de la sécurité, nous avons appuyé la gendarmerie et la police avec des motos et des bons d’essence. En matière d’environnement, nous avons reboisé de nombreux espaces. En clair, nous avons fait de nombreuses choses au cours de ces 3 ans au profit des veuves, des orphelins, des jeunes et des femmes. Et il y a encore de nombreux projets qui sont soit en cours de réalisation soit en perspective. Avec des partenaires italiens, nous avons des projets dans le domaine de l’eau, de l’élevage et d’employabilité.

A vous écouter, on comprend que vous avez d’ambitieux projets pour la commune. Quels sont ces projets ?
Nous avons de nombreux projets en perspective comme je l’avais dit. Je compte réaliser des cités, des 2 voies, des bitumes à l’intérieur de la ville. Pour atteindre ces objectifs, je compte non seulement sur le gouvernement, mais aussi les partenaires. Certaines choses vont se faire à Boussé.

Avez-vous un dernier mot ?

Je voudrais demander à la population de Boussé de mettre la politique derrière et penser le développement de la commune. On fait la politique pour développer, pas pour détruire. Je voudrais demander en toute honnêteté à tous ceux qui ne veulent pas faire la politique pour développer de se mettre de côté parce que nous voulons avancer. Qu’ils laissent ceux qui veulent travailler se mettre à la tâche afin que les populations puissent avoir de l’eau potable, pour que la jeunesse puisse s’épanouir, pour que les femmes puissent travailler. Je souhaite que les hommes politiques de la province puissent se mettre ensemble pour développer le Kourwéogo qui à la traine. Il faut que nous nous mettons main dans la main pour travailler. A l’horizon 2035, Boussé sera une ville émergente. J’ai toujours dit que Boussé c’est l’avenir du Burkina. Cela est une réalité. C’est une prophétie qui va se réaliser. Je connais la population de Boussé. C’est une population qui aime travailler. Boussé c’est l’endroit le plus paisible au Burkina. Personne ne me dira le contraire. Le premier président du Burkina, Maurice Yaméogo, venait se reposer à Boussé. Je ne le dis pas parce que je suis le maire, mais je suis sûr de ce que je dis.
Propos recueillis par Awa Ouédraogo

Comment here