A la une, Flash Info, News

Réseaux sociaux : « Le langage de la génération Facebook ressort dans les copies », Dr Cyriaque Paré

Dans le cadre de la Semaine mondiale de l’éducation aux médias et à l’information (SM-EMI), l’association EducommunicAfrik a organisé, mercredi 30 octobre 2019 à Ouagadougou, une conférence sur le thème : « citoyens EMI : informés, engagés, habilités ». Le conférencier : le docteur Cyriaque Paré, directeur général du journal en ligne lefaso.net.

Dans sa communication, le conférencier a invité les participants à faire la différence entre les médias sociaux et les réseaux sociaux. « Un réseau social permet de construire un réseau d’amis alors qu’un média social permet de partager du contenu, des informations », a-t-il déclaré. Dr Paré a invité les participants à « ne pas accepter tout le monde comme ami sur les réseaux sociaux, ne pas publier n’importe quoi, ne pas donner sa position, etc ». Pour s’informer à l’ère des réseaux, le promoteur de Lefaso.net recommande de faire preuve de bon sens dans la consommation des informations que l’on reçoit. « Il faut analyser le style, le niveau de la grammaire, la pertinence de l’information… », a-t-il préconisé invitant les jeunes à la prudence et à pratiquer « la veille informationnelle ». Car partager une information délictueuse est passible de peine. « Si vous likez, commentez, partagez ou si vous vous laissez identifier dans une publication, cela veut dire que vous validez cette information, que vous accordez du crédit à la publication. Donc si cette information est délictueuse, cela veut dire que vous êtes complices du délit. Et selon la loi en vigueur, vous pourrez être poursuivi comme l’auteur de la publication », a affirmé le spécialiste. Et pour repérer les fakenews, le conférencier donne des astuces : « Il faut analyser la source, se référer aux médias officiels, etc. »

Les participants à la conférence

Se basant sur les statistiques produites par une étudiante qui a enquêté à Ouagadougou et Bobo-Dioulasso, le conférencier a souligné que 73% des élèves ont un compte sur les réseaux sociaux. Ces élèves, a-t-il ajouté, restent connectés pendant plusieurs heures sur les réseaux sociaux. « Ce sont beaucoup plus les élèves de la 1re qui sont beaucoup plus sur les réseaux sociaux », a-t-il fait remarquer. Lorsqu’ils ont été sondés, ces élèves (73%) ont affirmé avoir tissé de nouvelles relations sur les réseaux sociaux. Le conférencier a noté qu’avec les réseaux sociaux « le contact humain est en train de se détériorer sur les réseaux sociaux ». Dr Paré a indiqué que 64% des élèves sont connectés même quand ils sont à la maison. « Le langage de la génération Facebook ressort dans les copies. En plus, il y a une baisse considérable du niveau des élèves à l’école. Aussi, la discipline se détériore de plus en plus », a déploré le conférencier qui cite des enseignants. Mais, il y a des raisons d’espérer, rassure Dr Paré. « Il y a des efforts qui sont fournis pour éduquer les jeunes aux médias et à l’information », a-t-il assuré. Interrogés, les jeunes affirment être sur les réseaux pour non seulement s’informer, mais aussi se faire des amis. Mais pas que cela. « Certains jeunes sont sur les réseaux sociaux pour se faire voir. D’autres y sont pour parler mal aux autres », soutient Elodie Ki, étudiante. « Ils cherchent à être sociable, à se faire voir. Ils cherchent à s’occuper sur les réseaux sociaux. Beaucoup y vont pour se faire des amis ou pour s’informer », a renchéri Fréderic Kadiogo. Cette conférence est l’apothéose d’un atelier de production médiatique organisé par EducommunicAfric dans le cadre de la Semaine mondiale de l’éducation aux médias et à l’information. EducommunicAfric est une association créée en 2012 et fait de la promotion de l’éducation aux médias et à l’information son cheval de bataille.

Par Daouda Kinda 

lemonderural.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*