A la une, Elevage, Flash Info

Renforcement des capacités des personnels vétérinaires: Le programme ISAVET explore les ressources burkinabè

Le ministère des ressources animales et halieutiques, en partenariat avec la FAO, organise du 13 au 15 novembre 2019 à Koudougou un atelier d’évaluation des besoins pour l’opérationnalisation du programme ISAVET (In-Service Applied Veterinary Epidemiology Training) ou programme de formation des professionnels vétérinaires en épidémiologie de terrain, pour traiter les maladies animales endémiques, infectieuses, émergentes et transfrontalières dans 14 pays d’Afrique de l’Ouest, centrale et de l’Est. C’est Joseph Sawadogo, directeur général des services vétérinaires qui a présidé l’ouverture dudit atelier qui se tient dans un concept « one health » ou une seule santé. L’objectif du programme ISAVET est de renforcer la surveillance des maladies animales et la sécurité alimentaire par la formation des épidémiologistes vétérinaires de terrain dotés de compétences spécifiques en santé publique animale et en systèmes de production animale ainsi que leurs chaînes des valeurs ayant un impact sur la santé animale et le bien-être.

Les participants à la rencontre

Cet atelier vise à déterminer si le Burkina Faso est prêt à abriter une formation nationale ISAVET de base (« ISAVET Frontline ») et à l’adopter comme un programme de formation continue des vétérinaires en épidémiologie de terrain. Il s’agira donc pour la trentaine de participants de présenter un état des lieux sur les ressources humaines, leurs capacités et faiblesses en matière d’épidémiologie ; de présenter le programme ISAVET de base ; d’identifier les besoins pour le déploiement du programme ISAVET de la FAO en formation épidémiologique continue des services vétérinaires ; de plaider et promouvoir l’appropriation du programme ISAVET Frontline de la FAO pour assurer sa durabilité future ; d’identifier les principaux partenaires et points focaux pour le déploiement d’ISAVET au niveau national. Ce programme contribuera sans doute au renforcement de la capacité de riposte du Burkina Faso contre les maladies.

DCPM/MRAH

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*