A la une, Agriculture, Elevage

SARA 2019:10 jours de réflexion sur le devenir de l’agriculture africaine

800 exposants, 30 pays, 19 ministres en charge du développement rural présents, au moins 300.000 visiteurs, ce sont entre autres les statistiques officielles au cérémonial d’ouverture du Salon de l’Agriculture et des Ressources Animales d’Abidjan SARA 2019, intervenu ce vendredi 22 novembre 2019 à l’espace Expo de Port Bouet et ce, sous le haut patronage du Vice-président ivoirien, SEM Daniel Kablan Duncan.

Dans une salle archicomble où producteurs, décideurs politiques, entrepreneurs et hommes d’affaires de côtoient, le ministre ivoirien de l’agriculture et du développement rural s’est voulu précis sur les objectifs stratégiques du SARA:  » valoriser, promouvoir et développer les ressources agro-sylvo-pastorales, fauniques et halieutiques, dans un contexte mondial marqué par le changement climatique et qui appelle à une adaptation de l’agriculture au sens extensif », a explicité Kouassi Kobena Adjoumani.
Pour sa part, le Vice-président Duncan a livré sa compréhension du thème qui faut-il le rappeler est: Agriculture intelligente et innovations technologiques : quelles perspectives pour l’agriculture africaine ?
L’Afrique aura une population à 2,5 milliards en 2050, a-t-il estimé. En plus de cette pression démographique,les pays africains sont confrontés à un écart abyssal défavorable de la productivité agricole en comparaison avec le reste du monde, un déséquilibre des importations et exportations de matières agricoles, une dégradation continue de l’environnement, à la persistance des conflits armés et à l’instabilité politique, toutes choses qui affectent les conditions de production et de compétitivité agricoles.

Le Burkina est représenté au SARA 2019 avec les ministères de l’agriculture et des ressources animales

Face à un tel tableau, a-t-il indiqué, notre agriculture doit être repensée, réinventée grâce aux technologies, aux braves producteurs, à la jeunesse. C’est pourquoi Mr Duncan estime impératifs le développement d’une finance agricole adaptée assortie de modalités sociales favorables aux producteurs, la transformation structurelle de l’économie agricole. Nous avons besoin d’une agriculture intelligente et résiliente ai climat, a-t-il terminé.
Le Burkina Faso qui avait choisi la Côte d’Ivoire comme parrain au SABEL 2018 a répondu présent à ce rendez-vous du partage, du donner et du recevoir à travers les ministres des ressources animales et halieutiques, Sommanogo Koutou, et de l’agriculture et des aménagements hydro-agricoles, Salifou Ouedraogo.
Immédiatement après la cérémonie d’ouverture, les deux membres de l’exécutif burkinabè sont allés encouragés les producteurs burkinabè ( une soixantaine) présents au SARA 2019.
Produits agricoles transformés, produits animaux, animaux embouches, matériels agricoles constituent le lot des savoir-faire burkinabè.
Tout comme en 2017, le Burkina Faso espère encore cette fois raflé des prix dans divers domaines où des concours sont organisés.
DCPM/MRAH

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*