A la une, News

Insécurité à l’Est du Burkina: l’émouvant témoignage d’un déplacé

Dans une dépêche, l’Agence d’information du Burkina (AIB) rapporte que des populations de Nagré et de Natiaboani, localités situées respectivement à une trentaine et à une quarantaine de kilomètres de la ville de Fada N’Gourma, affluent, depuis le lundi 2 décembre 2019, vers la capitale de la région de l’Est. Cette situation serait due à la dégradation de la situation sécuritaire dans ces zones. « A pied ou à bord de camions et de tricycles, enfants, vieux, hommes, femmes, fuyant l’insécurité grandissante, inondent la cité de Yendabli, à la recherche d’un souffle de vie », révèle notre confrère. « Les tout-petits au dos, leurs frères aînés aux côtés de leurs géniteurs, les bagages portés en bandoulière, des paysans, contraints à l’exode, y débarquent, les uns après les autres », précise l’AIB. Notre confrère qui a pu recueillir des témoignages de certains déplacés rapporte que des groupes armés font la pluie et le beau temps à Nagré, à Natiaboani et dans les hameaux de culture environnants. « Aujourd’hui ils ont tué quatre personnes et en ont blessé trois. Ils ont débarqué sur des motos et ont commencé à tirer sur tout ce qui bouge. Et quand ils saisissent quelqu’un, ils lui tranchent la gorge », témoigne un père de famille, toujours sous le choc. Forcées d’abandonner la terre de leurs aïeux et leurs biens, ces populations demandent assistance à toute bonne volonté. « Si certains ont trouvé un refuge dans les quartiers périphériques, d’autres errent encore dans la ville, à la recherche de la première famille hospitalière », conclut l’Agence d’information du Burkina.
Par Awa Ouédraogo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*