A la une, Flash Info, News

Burkina : « Plus les jeunes sont occupés, plus on est tranquille », Hamidou Dicko, PCR Sahel

Après 2 années de mise en œuvre au Burkina Faso, le Projet « Raising employment access and development for youth (READY) piloté par l’ONG internationale « Acting for life (AFL) » et ses partenaires que sont les associations Tin Tua, OCADES Bobo Dioulasso et 8 centres de formation professionnelle jouit d’un bilan à mi-parcours assez satisfaisant.
Au cours d’un atelier organisé, mercredi 4 décembre 2019 à Ouagadougou, les premiers responsables de l’ONG ont indiqué que ce projet soutenu par l’agence norvégienne de coopération au développement (NORAD) ambitionne former 1300 jeunes de 4 régions du Burkina Faso (Cascades, Hauts-Bassins, Sahel, Est).

Les participants à l’atelier

Et à mi-parcours, les résultats atteints forcent l’admiration. « Sur un objectif de 1300 jeunes, 600 ont été déjà formés. La première promotion vient de finir la formation. Et nous avons déjà commencé leur insertion professionnelle en leur permettant de commencer à travailler dans des chantiers-écoles avec leurs propres outils », a déclaré la responsable de la formation et de l’insertion professionnelle de Acting for life, Johane Castano. Et de rappeler que ce projet mis en œuvre pour 4 ans vise à améliorer la qualité de la formation professionnelle et à contribuer à l’insertion professionnelle des jeunes au sein des secteurs stratégiques pour l’économie locale. Il cible 3 filières stratégiques que sont l’électricité, la plomberie et l’agriculture. « Dans la région de l’Est, 92% des jeunes formés ont réussi à avoir des activités professionnelles rémunérées à hauteur de 32 000 FCFA/mois. Dans le grand-ouest, 64% des jeunes formés ont développé des activités économiques et gagnent plus de 40 000 FCFA/mois », a-t-elle ajouté. Malgré les nombreux acquis du projet, Johane Castano suggère une synergie d’actions des différents acteurs afin de booster encore plus les résultats. Et cela, au regard du fait que « le passage de la formation à l’insertion est délicat ». Présent à cet atelier, le président du Conseil régional du Sahel, Hamidou Dicko, a salué la mise en œuvre de ce projet qui, selon lui, permettra d’occuper les jeunes et de les éloigner de l’extrémisme violent. « Plus les jeunes sont occupés, plus on est tranquille », a-t-il précisé, invitant à une mutualisation des efforts de tous les acteurs.

Le responsable de la formation et de l’insertion professionnelle de Acting for life, Johane Castano,

Pour leur part, les bénéficiaires du projet READY n’ont pas manqué de témoigner leur reconnaissance à l’ONG pour toutes ses actions. « Acting for life prend en charge la scolarité, les kits d’apprentissage, l’hébergement et la restauration. Ce partenaire nous appuie dans l’atteinte de nos objectifs », a déclaré Dominique Sanou, directeur régional de l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE) des Hauts-Bassins. De son côté, Roger Bélemsigri, directeur régional de l’ANPE de l’Est est formel : « Ce projet nous a offert de nombreuses opportunités ». « Nous avons réussi à former 44 apprenants en plomberie et 71 en électricité. Grâce à READY, ceux qui ont abandonné l’école par faute de moyens et même ceux qui n’avaient pas d’endroit où dormir ont pu avoir du travail », a-t-il souligné fièrement. Et de plaider pour que le projet étende son champ au regard de la fermeture de plusieurs écoles du fait du terrorisme. « Avec ce fléau de nombreux jeunes sont dans la rue. Donc, je suggère que l’ONG réfléchisse à offrir d’opportunité à ces jeunes-là », a-t-il conclu. En rappel, depuis 1973, l’ONG Acting for life soutient et développe des projets de développement en Afrique à partir de ses 3 axes stratégiques principaux notamment le développement rural, l’appui à la production et à la commercialisation dans le secteur agro-pastoral et l’insertion professionnelle.

Par Fatimata Zoungrana

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*