A la uneClimatEnvironnementFlash Info

COP 25: une bonne participation du Burkina

 

Le Burkina Faso a participé du 2 au 15 décembre 2019 à la 25e conférence des parties sur les changements climatiques qui s’est tenue à Madrid en Espagne. Face à la presse, lundi 20 janvier 2020 à Ouagadougou, le ministre de l’Environnement, de l’Economie verte et du Changement climatique a dressé le bilan de la participation du Pays des hommes intègres à ce rendez-vous mondial sur le climat.

Visiblement le temps n’était pas à l’action comme le prévoyait le slogan de cette COP « Time for action ». En effet, au cours de cette COP jugée insatisfaisante, les pays fortement émetteurs n’ont pas envoyé un signal suffisamment clair montrant qu’ils sont prêts à améliorer leurs stratégies climatiques et intensifier leur ambition au moyen des Contributions déterminées au niveau national. « En matière d’atténuation, le principal point de négociation concernait les mécanismes de marché et non marché pour la mise en œuvre des Contributions déterminées nationales. Les désaccords ont concerné le taux de la taxe à prélever sur le marché carbone pour financer des projets d’adaptation au changement climatique, le manque de transparence dans la gestion des certificats de réduction des émissions de gaz à effet de serre et le respect de l’intégrité environnementale », a déclaré le ministre Bassière.  En matière d’adaptation au changement climatique, Nestor Bassière a fait savoir que la conférence a exhorté les pays développés et invité les partenaires au développement à poursuivre leur soutien aux activités d’adaptation dans les pays en développement. Par ailleurs le ministre Bassière a noté que la question des pertes et préjudices liés aux impacts des changements climatiques a été renvoyée à la COP 26 car « les pays développés s’opposent toujours à ce que les pertes et préjudices subis par les pays les moins avancées soient pris en charge par le fonds vert climat ». Il a annoncé, en outre, la création d’un groupe d’experts et d’un réseau chargés de plancher sur ladite question. En matière de finance, nous apprend Nestor Bassière, les discussions ont conduit à l’adoption de décisions relatives au cadre de coopération mondiale, aux directives à donner au fonds pour l’environnement mondiale, au fonds vert pour le climat et au comité permanent de la finance pour faciliter l’accès des pays les moins avancés au financement. En marge des négociations, le Burkina Faso avec ses 56 délégués, a participé à une vingtaine d’évènements parallèle. « Nous avons organisé un évènement spécial dénommé « journée du Burkina Faso » pour partager l’expérience du pays en matière de changement climatique. Nous avons également animé des panels sur invitation de nos partenaires techniques et financiers… », a soutenu le ministre Bassière. En définitive, même si le ministre de l’Environnement estime que les résultats issus des négociations techniques restent insuffisants, il trouve que la participation du Burkina Faso à cette 25e COP bonne. En rappel, la COP 25 a mobilisé 22 354 participants dont 56 délégués burkinabè venus de plusieurs institutions et structures.

Par Daouda KINDA

 

Comment here