A la une, Elevage, Flash Info

Insémination artificielle bovine: les agents de l’Est et du Sahel outillés

Après les Hauts-Bassins et le Nord, c’est à l’Est que l’équipe du CMAP a déposé ses pénates pour la formation en insémination artificielle.
Pour ce faire, Le Centre de multiplication des animaux performants (CMAP) tient la dernière étape de la formation de 45 inséminateurs, financée par le Projet de développement du pastoralisme au Sahel Burkina (PDPS).
Après les étapes qui ont permis de former 30 agents, c’est l’étape de la région de l’Est qui se tient du 20 au 25 juillet avec 15 agents de cette région et ceux du Sahel. Pour Innocent Wenceslas Tapsoba, Directeur du CMAP, qui avait à ses côtés, le directeur régional des ressources animales et halieutiques, Hamidou Zoungrana et de Jean Haro, Coordonnateur du PDPS, « l’insémination artificielle (IA) est une biotechnologie de la reproduction animale, la plus utilisée à ce jour dans le monde pour la diffusion rapide du progrès génétique animale ».
En rappel, l’objectif principal de cette session de formation est de développer l’offre d’Inséminateurs Artificiels auprès des éleveurs dans la zone de couverture du PDPS. Il s’agira de façon spécifique de renforcer les connaissances théoriques et pratiques des agents des DRRAH de la zone de couverture du PDPS sur les techniques d’insémination artificielle bovine et de faciliter la vulgarisation de la technique d’insémination artificielle à travers le renforcement de l’effectif des inséminateurs sur le terrain afin de répondre aux sollicitations des producteurs.

Les particularités lors de la formation

Au terme de cette formation qui prend fin avec l’étape de la région de l’Est, les agents seront formés et qualifiés sur les techniques de l’IA des vaches et l’effectif des inséminateurs sur le terrain sera renforcé avec quarante-cinq (45) nouveaux inséminateurs pour le Burkina. Le Directeur du CMAP a rassuré les bénéficiaires de cette formation initiale que des séances de recyclage vont se poursuivre afin de faire de ces agents des inséminateurs habiles au service du développement de la production animale. L’IA permettra donc d’améliorer la performance des races bovines existantes au Burkina Faso en vue d’une plus grande production en lait et en viande.

DCPM/MRAH

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*