A la uneEnvironnementGestion durable des terres

JNA: bilan satisfaisant en 2019, plus d’ambitions pour Banfora 2020

Face à la presse ce 4 août 2020, le ministre de l’environnement, de l’économie verte et du changement climatique, Nestor Bassière, a dressé le bilan de la première journée nationale de l’arbre (JNA)et donné les grandes articulations de la 2e édition de la JNA qui se tiendra à Banfora le 8 août prochain.

A quelques jours de l’évènement qui connaîtra la participation du président du Faso Roch Marc Christian Kaboré, tout est entrain d’être mis en œuvre pour que la JNA tienne toutes ses promesses. Décidée par le Conseil des ministres du 22 juillet 2020, la JNA se tient cette année dans les 13 régions sous le thème « Arbre, santé et résilience climatique ». « Elle sera marquée par des opérations de plantation d’arbre sur des sites sécurisés », a déclaré le ministre Bassière qui précise que la commémoration officielle, quant à elle, aura lieu à Banfora dans les Cascades. Plusieurs activités vont ponctuer cette édition. Il s’agit notamment des panels sur des thématiques de la médecine traditionnelle et la gestion des ressources naturelles, une plantation d’arbres par le Chef de l’Etat, la décoration des acteurs de la région qui se sont distingués dans la préservation et la conservation de l’environnement, la remise des prix aux lauréats des concours « Meilleure région, meilleure commune des Cascades et meilleure journaliste IGMVSS pour la promotion de la gestion durable des terres ». Selon le ministre Bassière, la dégradation accélérée des ressources naturelles du fait des effets conjugués des actions anthropiques et du changement climatique contribue à un extrême fragilisation du potentiel productif naturel du Burkina en général et des écosystèmes forestiers. Il a souligné que parmi les facteurs directs de la déforestation et de la dégradation des forêts il y a l’expansion agricole, la demande en bois de feu et des dérives, la surexploitation fourragère et les feux de brousse, entraînant la perte annuelle de plus de 105000 ha de forêt. La JNA qui se veut « un engagement plus écologique et ecocitoyen de l’ensemble des acteurs » vise à contribuer à l’atteinte de l’objectif de 60% de taux de réussite fixé dans le plan d’action pour le renforcement des opérations de reboisement au Burkina. L’an passé, pour la première édition, 100 000 plants principalement des espèces locales ont été mis en terre dans les 13 régions. « Le bilan national réalisé sur les plantations de la JNA 2019 est satisfaisant (75% de taux de survie de plants) et confirme que l’option de planter dans des domaines sécurisés produit des résultats concrets », a noté le ministre Bassière. Et pour améliorer les performances des opérations, le département en charge de l’environnement entend accentuer la promotion des espèces locales adaptées aux sites de reboisement et aux besoins spécifiques des acteurs, la qualité des plants mis en terre pour assurer leur survie et l’entretien des plants. Le ministère envisage, par ailleurs, un accompagnement technique approprié et un suivi régulier par les acteurs. Pour la campagne de reforestation 2020, environ 10 millions de plants sont prévus pour la mise en terre sur l’ensemble du territoire national. La JNA, elle, prévoit la mise en terre effective d’au moins 200 000 plants dont 65 000 au niveau des sites entièrement sécurisés dans les chefs-lieux des 13 régions.  » La JNA a permis de montrer l’engagement au plus haut sommet de l’Etat de lutter contre la désertification et de faire de l’arbre un moyen d’améliorer le bien-être et les moyens d’existence des populations », a relevé Nestor Bassière, assurant que la tenue de l’évènement sera encore une fois de plus l’opportunité pour les plus hautes autorités du pays de joindre l’acte à la parole, en s’impliquant directement dans les opérations de reforestation.

Par Daouda KINDA

Comment here