A la uneFlash InfoMine & Energie

Ministre Oumarou Idani:« Le sable me dit que nous avons du pétrole au Burkina »

Le ministère des Mines et des Carrières a lancé, vendredi 4 septembre 2020, le « Mois de la redevabilité dans le secteur minier burkinabè ». Il s’agit pour le département du ministre Oumarou Idani, à travers cette initiative qui se tient du 4 au 27 septembre 2020, de permettre aux citoyens de toucher du doigt les réalités du secteur minier et « restituer la vérité » dans ce secteur vivement critiqué. 

Le secteur minier est à l’aube de son développement au Burkina Faso, foi du ministre Oumarou Idani qui a donné la conférence inaugurale du « Mois de la redevabilité dans le secteur minier burkinabè ». Placée sous le thème « les mines et les carrières au Burkina : un secteur en pleine mutation », ladite conférence qui a réuni des acteurs du secteur minier, des journalistes et des acteurs de la société civile dont l’ONG ORCADE a permis au ministre Idani non seulement de dresser le bilan de la mise en œuvre du PNDES dans le secteur minier, mais également de souligner les défis et les perspectives de son département. Selon le ministre Idani, depuis la colonisation jusqu’aux années 1990, le secteur minier a été un secteur d’appoint et de recours pendant les périodes difficiles comme la sécheresse. Ce secteur qui a connu des frémissements dans les années 2000 notamment avec l’amélioration du cours mondial de l’or et les importants travaux de recherche entrepris par le service géologique national (BUMIGEB) est actuellement dans une phase de transition, a indiqué le ministre Idani. Une phase de transition qui, du reste, a été établie et consacrée avec la mise en œuvre des politiques et plans publics de développement, le dernier en date étant le PNDES 2016 – 2020.

Le Burkina compte entreprendre des recherches pétrolières

De cette dernière politique, a noté Oumarou Idani, de nombreuses réformes ont été opérées en vue de renforcer la gouvernance du secteur aux plans à la fois législatif, règlementaire et institutionnel. « En effet, en 4 ans, nous avons produit plus de textes d’encadrement du secteur que depuis la colonisation », a assuré le ministre Idani, citant en exemple l’adoption en 2017 de la loi portant organisation de la commercialisation de l’or adoptée, la loi portant utilisation des substances explosives à usage civil en 2018 ainsi que des textes d’application de la loi portant code minier adoptée en 2015. 

  • 4 870 milliards de recettes d’exportation en quatre ans

Mais l’une des réformes emblématiques, selon le ministre Idani, est l’opérationnalisation effective des fonds miniers mis en place par le code minier. Il s’agit du Fonds minier de développement local dont 51 milliards ont été distribués à l’ensemble des communes et des régions du Burkina en 3 répartitions ; du Fonds de réhabilitation et de fermeture de la mine qui a permis de récolter 40 milliards et du Fonds de réhabilitation, de sécurisation des sites miniers artisanaux et de lutte contre l’usage des produits chimiques prohibés (en cours d’opérationnalisation). Avec 17 mines en exploitation, le secteur est en pleine expansion en dépit de la situation sécuritaire, aux dires du ministre des Mines et des Carrières. De 2016 à 2020, la production de l’or s’élève à plus de 214,3 tonnes. La production du zinc, elle, se chiffre à 694 000 tonnes ces quatre ans. Sur le plan financier, les recettes d’exportation sont passées de 974 milliards en 2016 à 1420 milliards en 2019, avec un total de 4 870 milliards en quatre ans (2016-2020).

Les participants à la conférence

En perspectives, le ministère des Mines et des Carrières envisage de mettre en œuvre la stratégie du contenu local en synergie avec tous les acteurs, notamment les autres secteurs de production, la mise en place de l’école des métiers de la mine, le renforcement de l’opérationnalisation des fonds, et l’intensification de l’exploitation industrielle. Le ministère prévoit, par ailleurs, l’opérationnalisation de l’exploitation des carrières de calcaire à ciment de Tin Akoff, l’exploitation des autres substances (cuivre, platine…), l’élaboration du Code pétrolier… « Le sable me dit que nous avons du pétrole au Burkina », a affirmé le ministre Idani qui annonce des recherches pétrolières pour avoir plus de certitudes. Ce mois de la redevabilité sera marqué par une caravane de presse dans l’ouest du pays, des communications sur le programme des recherches minières au Burkina Faso, sur la gestion des titres miniers, le contrôle de l’activité minière, la politique de promotion des carrières, la modernisation du cadastre minier, etc. Des projections de films et un webinaire ministériel viendront clôturer les activités entrant dans le cadre de cette initiative. 

Par Daouda KINDA /Le Quotidien

 

Comment here