A la uneEnvironnementFlash Info

RAS Simposh : un artiste engagé dans la protection de l’environnement  

L’artiste burkinabè RAS Simposh a présenté, lundi 21 septembre 2020 à Ouagadougou, son tout nouveau clip intitulé « environnement ». C’était au cours d’une conférence de presse patronnée par Nestor Batio Bassière, ministre burkinabè de l’environnement.

Après avoir mis sur le marché du disque son premier clip, baptisé « Martyrs africain » en avril 2019 dans lequel il rend hommage aux combattants de la liberté fauchés par un système qu’il qualifie de « Babylone », l’artistes RAS Simposh de son vrai nom Ibrahim Simporé, nous dévoile lors d’une conférence de presse dans les locaux de l’Atelier Théâtre Burkinabè (ATB), son nouveau tube intitulé « environnement ». Le titre sensibilise la population sur la protection de l’environnement. Selon l’artiste, le choix porté sur l’environnement est parti de ses propres constats, car « très peu pense à la protection de l’environnement ». « Etant campagnard et fréquent au village, je vois comment on gâte la nature, et si on ne fait pas quelque chose, notre progéniture risque de se retrouver avec un terrain vide », a-t-il déploré. Pour le ministre de l’Environnement, de l’Economie verte et du Changement climatique, Nestor Batio Bassière, le contenu du clip est édifiant, dans la mesure où l’artiste met l’accent sur la sensibilisation des citoyens en revenant sur des fondamentaux que « nous avons connu dans le temps sous la révolution à savoir les 3 luttes qui sont la coupe abusive du bois, les feux de brousses et la divagation des animaux ». « Ce qui est intéressant dans le clip, c’est qu’il va au-delà des 3 luttes en intégrant également le péril plastique ainsi que les produits chimiques », a-t-il souligné. En effet, dans le domaine de l’exploitation artisanal de l’or, les produits chimiques également causent énormément de dégâts sur l’environnement, a précisé le ministre. Nestor Batio Bassière envisage au niveau de son département d’encourager l’artiste à travers la promotion de sa musique tout en saluant son engagement au côté du ministère de l’environnement dans la mise en œuvre de sa politique. Par ailleurs, Nestor Batio Bassière invite tous les citoyens burkinabè à travailler à la protection de la « maison » commune. Et de conclure : « l’environnement, c’est un comportement ». 

Par Jessica Eliane KABORE (stagiaire)

Comment here