A la uneFlash InfoSanté & Bien-être

COVID-19 au Burkina: « Un rebond va porter un coup dur à notre pays… », Christophe Dabiré

Le Comité national de gestion de la crise de la pandémie de Covid-19 (CNGCP) a organisé, mardi 22 septembre 2020 à Ouagadougou un Forum national sur la Covid-19. Présidée par le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, cette rencontre, comme le stipule le thème principal, vise à « remobiliser la Nation entière pour intensifier la riposte face à la Covid-19 et apprendre à vivre avec ».

Au cours de ce forum qui a regroupé dans la mythique salle de conférences de Ouaga 2000, autorités administratives, coutumières et religieuses, représentants de partis politiques, organisations syndicales, partenaires techniques et financiers et organisations de la société civile, le Comité national de gestion de la crise de la pandémie de Covid-19 a présenté le plan national de réponse à la crise de la pandémie de la COVID 19 élaboré pour freiner la propagation du virus. Il s’agit pour le Secrétariat exécutif dudit Comité de susciter à travers cette rencontre leur pleine adhésion dans la lutte contre la COVID 19, une maladie qui a déjà atteint plus de 1800 personnes au Burkina Faso avec malheureusement 56 morts.  Comparativement à de nombreux pays, le Burkina Faso est relativement épargné, mais attention la vigilance doit être de mise pour éviter un revers. Car « un rebond va porter un coup dur à notre pays avec un impact désastreux », a affirmé le Premier ministre Dabiré.

Le présidium

Face au scepticisme ambiant doublé d’un relâchement dangereux dans l’observation des mesures barrières, le Chef du gouvernement tient à interpeller :« la COVID 19 est toujours là et bien réelle, elle existe et elle tue. Tout le monde est témoin des ravages provoqués par la première vague de cette pandémie ». « Le gouvernement attend de chaque citoyen qu’il prenne la mesure des dommages engendrés par le coronavirus dans notre pays pour ne pas lui offrir ce que le terrorisme n’a pas pu obtenir », a insisté le Chef du gouvernement, convaincu que « ce forum aboutira à des résolutions en vue d’organiser une lutte plus efficace, plus synergique et salvatrice de notre peuple ».

Créer entre le gouvernement et la population un partenariat opérationnel pour lutter contre la pandémie

Pour le Colonel-major, Naba Théodore Palé, secrétaire exécutif du Comité « il n’est pas rare de rencontrer des concitoyens proclamer que la COVID 19 est une invention des gouvernants, qu’elle est une maladie des riches ou qu’elle n’affecte pas les Africains ». Assurant que la COVID 19 est bel et bien une réalité, le Colonel-major a invité les Burkinabè à tous s’impliquer afin d’en finir avec la maladie. Allant du principe que la santé dépend avant tout de l’individu lui-même, la feuille de route du Comité national de gestion de la crise de la pandémie de Covid-19 a, du reste, identifié 6 axes prioritaires dont l’un est basé sur la large adhésion des communautés aux différentes mesures adoptées pour freiner la propagation de la pandémie.  Cela dit, les échanges au cours du forum devraient permettre de créer entre le gouvernement et la population un partenariat opérationnel pour lutter contre la pandémie.

Les participants

Selon Dr Brice Bicaba, coordonnateur national du plan de riposte à la COVID 19, au 21 septembre 2020, neuf régions sur les treize que compte le pays enregistrent des cas actifs. Il a précisé que le personnel médical qui se trouve en première ligne dans la lutte contre la pandémie est également vulnérable. En effet, selon les chiffres qu’il a présentés 118 agents de santé ont été infectés par le virus depuis le 9 mars 2020. Dr Brice Bicaba a fait cas de difficultés rencontrées par le comité sectoriel santé dans le cadre de la lutte. Il s’agit, entre autres, de la faiblesse du financement des différents plans de riposte au niveau des régions, du besoin crucial d’extracteurs automatiques, de tests de confirmation et de consommables de laboratoire, de la gestion de la remise des résultats avec l’augmentation des tests pour raison de voyage, du non-respect des mesures de prévention : port de masques, lavage des mains, mesures barrière, etc.

Par Daouda KINDA et Jessica KABORE (Stagiaire)/Le Quotidien

Ph : Primature

 

 

Comment here