A la uneElevageFlash Info

Secteur de l’élevage au Burkina: Zoom synthétique sur les acquis de 2016 à 2020

Ceci est un bilan dressé par le ministre en charge des Ressources animales, Sommanogo Koutou, sur les acquis de son département de 2016 à 2020. 
« J’ai choisi de présenter de façon synthétique les principaux acquis du département en charge de l’élevage, de la pêche et de l’aquaculture que j’ai eu l’honneur et le plaisir de diriger depuis 2016.
Un aperçu de ces acquis permet de mesurer le chemin parcouru et naturellement les défis qui nous attendent tous en tant qu’acteurs du développement rural dans notre pays.
En rappel, j’ai décliner les trois grands objectifs qui nous ont été assignés en 2016.
OBJECTIFS GLOBAUX DEFINIS DANS LE PROGRAMME QUINQUENNAL DU PRESIDENT DU FASO ET ASSIGNES AU MRAH
• Intensifier et augmenter durablement la production et la productivité animales et halieutique ;
• Renforcer les capacités des acteurs et promouvoir la bonne gouvernance de la sécurité alimentaire
• Renforcer les capacités de résilience des groupes vulnérables à l’insécurité, aux conflits et au chômage
L’atteinte de ces objectifs commande naturellement la réalisation d’actions primordiales dont les plus en vue peuvent être résumées comme suit :
1) Concernant le premier objectif qui est d’intensifier et augmenter de façon durable la production et la productivité animales et halieutiques, les actions ont porté sur :
– La disponibilisation des aliments pour animaux, poissons et volaille
– L’amélioration de la santé des animaux
– L’amélioration de la performance des animaux
A ces titres, le MRAH a procédé à :
 La réalisation de l’Enquête nationale sur le Cheptel qui n’avait pas été effectuée depuis 2003 ;
 La mise à disposition de près d’1 000 000 de tonnes de semences fourragères et de 400 000 tonnes d’aliments pour bétail auprès des acteurs à des prix subventionnés ;
 L’acquisition de 6 000 équipements dont 991 broyeurs polyvalents, 296 motoculteurs et plus de 4 500 charrettes au profit des acteurs à des prix subventionnés ;
 La réalisation de 541 infrastructures de production et de mise en marché des produits d’élevage que sont les abattoirs, les aires d’abattage, les laiteries, les parcs de vaccination dont les plus emblématiques sont l’abattoir moderne de Kaya et les 3 abattoirs mobiles pour volailles à Ouaga et Bobo, la finition entamée de l’abattoir moderne de Ouahigouya ;
 L’insémination artificielle de plus de 19 600 vaches avec un taux moyen de succès de plus de 70% ;
 La construction de 730 infrastructures hydrauliques pastorales (des forages pastoraux et des boulis essentiellement ;
 L’empoissonnement d’une moyenne de 40 plans d’eau par an ;
 La mise à disposition gratuite d’environ 10 millions d’alevins au profit des acteurs chaque année. La formation de 2 000 acteurs et actrices dans les domaines de l’aquaculture et la pisciculture.
Toutes ces actions nous ont permis d’atteindre, sinon de dépasser l’objectif de 30 000 tonnes de poissons attendus en 2020.
NB: Dans mes prochaines publications, je partagerais avec vous, chers concitoyens, la synthèse des deux autres objectifs.
Unir nos forces pour le progrès social ! »
 
Sommanogo Koutou

Comment here