A la uneAgricultureFlash Info

Au Burkina, le travail des enfants dans le secteur cotonnier préoccupe les acteurs de la filière

La problématique du travail des enfants est au centre d’un atelier de formation au profit des élus, techniciens et membres de l’Union nationale des producteurs de coton du Burkina. Initiée par l’organisation des Nations unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) en collaboration avec l’Organisation internationale du travail (OIT), cette formation s’inscrit dans le cadre de la mise en oeuvre du projet « Clear Cotton ». La cérémonie officielle d’ouverture des travaux a eu lieu ce jeudi 26 novembre 2020 à Bobo-Dioulasso.

La problématique du travail des enfants dans le secteur cotonnier au Burkina Faso est de plus en plus préoccupante. Malgré les mesures prises tant au niveau international que national, le travail des enfants reste une réalité persistante et les chaines de valeur du coton ne sont pas épargnées par cette réalité. Pour prévenir ce fléau et contribuer ainsi à la résolution du phénomène dans notre pays, l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) et ses partenaires avec l’appui financier de l’Union Européenne a initié le projet « CLEAR COTTON ». Ce projet ambitionne d’assainir les chaines de valeur du coton, du textile et de l’habillement de toute forme de travail des enfants. Et quoi de plus normal pour la FAO et ses partenaires de passer par la sensibilisation des acteurs concernés. Cet atelier de formation au profit des élus, techniciens et membres de l’UNPCB entre donc dans ce cadre.

Le présidium

Il vise principalement au renforcement des capacités de ces acteurs sur la lutte contre le travail des enfants et la promotion de l’équité entre les sexes. Selon le Représentant de la FAO, l’implication des enfants aux activités productives n’est pas systématiquement nuisible à leur épanouissement et à leur développement. Toute fois, certaines activités réalisées par les enfants nuisent ou sont potentiellement nuisibles à leur santé. C’est pourquoi, il estime que tout travail qui nuit à l’enfant doit purement et simplement être aboli de manière générale et plus précisément dans le secteur cotonnier au Burkina Faso, car dit-il, « l’image du coton burkinabè en dépend ». « L’objectif de cette formation est de s’assurer que le travail des enfants ne sera pas encouragé dans la filière coton pour sauver la bonne image de la filière coton au Burkina, mais aussi pour prévenir tous les aspects qui peuvent aller contre la réputation de la marque du coton burkinabè dont la qualité est universellement reconnue », a indiqué Dauda SAU, le Représentant de la FAO.

Durant deux jours donc, les élus, techniciens et membres de l’UNPCB seront outillés sur différents modules en lien avec le travail des enfants et l’approche genre à savoir les concepts de base liés au travail des enfants ; l’état des lieux du travail des enfants du Burkina Faso et dans la production cotonnière en particulier ; la perception des acteurs sur les causes et les conséquences du travail des enfants ; les textes nationaux en matière de lutte contre le travail des enfants ; et la promotion du genre au sein des organisations de producteurs de coton.

Les participants à l’atelier

Selon Bihoun Bambou, le président de l’UNPCB, cette formation sur le travail de enfants dans la filière cotonnière est la bienvenue, car elle permettra non seulement de sensibiliser les différents acteurs sur la question mais aussi de leur faire prendre conscience de l’impact que cela pourrait avoir sur la filière. Pour lui, personne aujourd’hui ne souhaite que son enfant souffre d’un quelconque travail, une raison suffisante donc pour proscrire cela.

Yacouba Koura, premier vice président de l’UNPCB est participant à cette formation. Tout comme son président, il salue la pertinence du thème qu’est le travail des enfants. « Nous repartons avec des bagages nécessaires pour sensibiliser nos collègues qui ne sont pas présents à cette formation », a-t-il dit.

Pour rappel, cette formation a été rendue possible grâce à l’appui financier de l’Union Européenne

Par Dougoutigui

 

Comment here