A la une, Eau, Flash Info

Eau potable, assainissement et hygiène : l’approche NEXUS expérimentée au Centre-Nord

Le Ministère de l’Eau et de l’Assainissement en collaboration avec l’UNICEF a tenu ce jeudi 3 décembre 2020 à Kaya dans la région du Centre-Nord, un atelier de réflexion sur l’approche Nexus Humanitaire-Développement et paix, appliquée par plusieurs partenaires au développement dans le cadre de la mise en œuvre des projets de renforcement des services d’approvisionnement en eau potable, d’assainissement et d’hygiène. Présidé par le Ministre de l’eau et de l’assainissement, Niouga Ambroise OUEDRAOGO, cet atelier a permis à différents acteurs issus des structures gouvernementales, des collectivités territoriales, des communautés locales, ONG, OSC, partenaires techniques et financiers d’échanger sur les acquis, les forces et les faiblesses, les leçons intermédiaires de cette approche et d’identifier les conditions de sa consolidation en vue d’une amélioration des services au profit des personnes déplacées internes de la ville de Kaya.  

Expérimentée pour la première fois au Burkina Faso et précisément dans la Région du Centre-Nord, cette approche vise à apporter une réponse qui permet de couvrir les besoins réels du moment et à venir ainsi que les investissements nécessaires à l’atteinte des Objectifs de Développement durable dans le sous-secteur de l’eau et de l’assainissement.  

En effet, c’est suite au contexte d’insécurité, d’urgence humanitaire, de changement climatique et de la pandémie de la COVID 19 dans lequel le Burkina Faso se trouve que plusieurs partenaires se sont engagés à travers un plan d’intervention d’urgence à soutenir les efforts du Gouvernement dans la couverture des besoins de base en eau potable, hygiène et assainissement. Dans son discours d’ouverture des travaux, le Ministre de l’eau et de l’assainissement a exprimé sa gratitude aux différents partenaires qui œuvrent aux côtés du gouvernement afin d’apporter un réconfort et un soutien aux populations affectées par les catastrophes humanitaires liées à la crise sécuritaire que connait le Burkina Faso depuis quelques années. A l’issue des travaux, des recommandations telles que la mise en place d’un mécanisme de gestion des ouvrages après leur réalisation, l’intégration de la gestion et de la maintenance dans les projets d’urgence, et la prise en compte des trois dimensions (humanitaire, développement, paix) dans les nouveaux projets ont été formulées par les participants.

DCPM/MEA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*