A la uneElevageFlash InfoNews

Burkina: importés frauduleusement, environ 700 kg de poulets de chair  saisis et incinérés

Plus d’une demie tonne de poulets de chair saisie par la police municipale dans la matinée du mercredi 3 mars 2021 a été incinérée au cours de la même journée par l’institution policière en collaboration avec la direction générale des services vétérinaires et la ligue des consommateurs du Burkina au Centre d’enfouissement de Toudoubwéogo, un quartier de Ouagadougou.

Les poulets saisis avant l’acte d’incinération

C’est lors d’une de ses missions régaliennes de patrouille que les policiers municipaux ont mis le grappin sur un véhicule suspect transportant des poulets de chair, a indiqué Sébastien Ouédraogo, directeur de la sécurité publique de la police municipale de Ouagadougou. Après la mise en fourrière du véhicule incriminé, l’institution policière a alerté les services vétérinaires qui ont pu établir que les propriétaires de la cargaison ne disposaient d’aucun document. « Il n’y avait ni autorisation d’importation ni certificat de salubrité », a affirmé Dr Ouédraogo/Paré N. Gisèle, directrice de la santé publique vétérinaire et de législation au ministère des Ressources animales et halieutiques. Ainsi conformément aux textes en vigueur, le butin en provenance d’un pays voisin est composé d’une cinquantaine de cartons contenant 10 à 11 poulets de chair chacun avec un poids total estimé à environ 700 kg a été incinéré en présence des propriétaires.

Sébastien Ouédraogo, directeur de la sécurité publique de la police municipale de Ouagadougou

Ceux-ci ont, du reste, été conduits devant un officier de police judiciaire et une plainte a été déposée à leur encontre, a assuré le directeur de la sécurité publique de la police municipale de Ouagadougou. « Nous félicitons la police municipale pour ce coup de filet qui permet de protéger la santé des consommateurs », s’est réjoui Boukaré Tapsoba, secrétaire adjoint chargé des plaintes et de suivi des réclamations, qui estime que cette action devra permettre de dissuader un tant soit peu les commerçants véreux qui « ne pensent qu’à leur propre intérêt ». « Lorsqu’on veut importer, on doit suivre la réglementation au risque de subir la rigueur de la loi », a-t-il rappelé, avant d’interpeller la population à la vigilance.

Dr Ouédraogo/Paré N. Gisèle, directrice de la santé publique vétérinaire et de législation au ministère des Ressources animales et halieutiques

Depuis l’épidémie de la grippe aviaire de 2006, le ministère en charge des ressources animales a pris des textes pour interdire l’importation de produits aviaires en provenance des pays infectés. Récemment, la menace a été accentuée par l’apparition de nouveaux foyers de l’influenza aviaire hautement pathogène (grippe aviaire) dans plusieurs pays notamment le Sénégal et le Mauritanie.  Dans une note de service du 17 février 2021 de la direction générale des services vétérinaires, le ministère des Ressources animales et halieutiques attirait l’attention des importateurs de produits aviaires sur cette situation qui impose un renforcement des opérations de contrôle surtout au niveau des frontières.

Par Daouda KINDA

Crédit photo: Phil Kaboré

Comment here