A la uneAgriculture

Burkina : face aux difficultés des paysans, Roch promet

Manga, chef-lieu de la région du Centre-sud a accueilli la 22è édition de la Journée nationale du paysan (JNP) ce Samedi 24 avril 2021. Célébrée sous le thème « impacts socio-économiques des crises sécurités et sanitaires sur les secteurs productifs du monde rural : quelles stratégies de résilience ? », cette cérémonie dédiée aux acteurs du monde rural a été ponctuée par la décoration de 87 acteurs dudit secteur avec pour point d’orgue un échange direct entre le président du Faso et les producteurs.

Le président du Faso, Roch Kaboré, a échangé avec…

Après Gaoua en 2019, c’est Manga, chef-lieu de la région du Centre-Sud qui a accueilli la célébration de la Journée national du paysan. Compte tenu du Contexte sécuritaire et sanitaire, cette biennale des agriculteurs n’a pas drainé un grand nombre de participants.«  Malgré le contexte difficile marqué par les crises sécuritaires et sanitaires, et les agendas surchargés au regard des imprévus malheureux, les braves producteurs du Burkina Faso ont été honorés par la ténue de cette journée », a indiqué le ministre de l’Agriculture, des Aménagements hydro-agricoles et de la Mécanisation, Salifou Ouédraogo. Pour lui, le thème de la 22e édition est à saluer parce qu’il est le résultat des réflexions des fora régionaux tenus sur l’ensemble des treize régions du pays. Ce traditionnel rendez-vous avec les producteurs, rappelle le ministre de l’agriculture, a permis d’initier des investissements structurants et d’engager de grande réformes stratégiques au profit du monde rural. Au rang de ses réformes engagées, on note la mise en place d’un fonds de développement d’élevage (FODEL), l’adoption de la loi d’orientation agro-sylvo-pastorale, halieutique et faunique et des décrets d’application qui contribuent à la valorisation le métier d’agriculteur ; l’opérationnalisation du Fond d’investissement pour l’environnement (FIE) ; l’adoption du Code des investissements agro-sylvo-pastoraux ; l’opérationnalisation de l’assurance agricole ; la construction du barrage de Samendeni et son complexe agro-industriel en perspectives ; l’instauration de la carte professionnelle d’agriculture etc. A l’entendre, l’engagement du chef de l’Etat Roch Kaboré a été d’un grand apport pour l’effectivité de toutes les réformes. C’est pourquoi, il pense qu’avec le même engagement, l’effectivité des initiatives comme « assurer à chaque enfant en âge scolaire, au moins un repas équilibré par jour » et celle « produire un million de tonnes de riz » connaitront une issue favorable.

…avec les acteurs du monde rural

Pour le président de la chambre régionale d’agriculture du Centre-Sud , Eric Zougmoré, la région du Centre-Sud est l’une des régions du pays qui subit la crise sécuritaire et sanitaire alors qu’elle est un important pôle agricole du pays compte tenu de la diversité des activités agricoles. Les conséquences de cette double crise selon président de la chambre régionale, ont réduit sans doute la production des agriculteurs. Le choix du thème est a salué parce qu’il est en phase avec la réalité, a indiqué le président de la chambre régionale d’agriculture du Centre-Sud. 

 Le président de l’UNPSB, Inoussa Ouédraogo appelle l’Etat à rehausser la subvention allouée aux producteurs

Le président de l’Union nationale des producteurs semenciers du Burkina (UNPSB), Inoussa Ouédraogo a l’instar des autres intervenants, se réjouit du choix du thème, qui selon lui cadre avec les défis du moment c’est-à dire la résilience face à ces deux crises.

Le président de l’UNPSB, Inoussa Ouédraogo appelle l’Etat à rehausser la subvention allouée aux producteurs

Cependant, il estime que la subvention de l’Etat au producteur qui est de 11% doit connaitre une évolution. « Nous pensons que nous devons aller en ce qui concerne la subvention de l’Etat aux producteurs vulnérables, qui sont les plus nombreux, de 11% à 30% », a-t-il souhaité. L’opérationnalisation de la centrale d’achat et d’approvisionnement du matériel agricole aux agriculteurs, est aussi l’une des doléances exprimées par le président de l’UNPSB. Cela permettra aux acteurs du monde agricole d’avoir accès aux intrants en tout lieu et en tout temps, conclut-il. 

87 acteurs du monde rural décorés

A l’occasion de cette 22è édition, 87 producteurs et productrices venus des 13 régions du Burkina ont reçu des décorations. « Je dis merci au président du Faso pour la décoration. Je la dédie à ma famille surtout à mon défunt papa », a laissé entendre Coulibaly Yézouma de la Boucle du Mouhoun, acteurs de l’UNPSB.

87 acteurs du monde rural ont été décorés

Après cette distinction «  je me sens honoré par la nation mais en même temps c’est une invite au travail pour mieux faire », confie le récipiendaire Sango Issaka, producteurs semenciers du Centre-Est.

Le président du Faso en échange direct avec les producteurs

Comme à l’accoutumée, à l’occasion de la journée nationale du paysan (JNP), le président du Faso rencontre les producteurs pour discuter des questions de développement au niveau du monde agricole. Pour cette 22è édition dans la cité de l’Epervier, plusieurs préoccupations étaient sur la table de discussion durant plus de quatre heures d’horloge. Il s’agit, entre autres, des conditions difficiles aux financements, des problèmes fonciers avec l’accaparement des terres, de la crise sécuritaire qui sape les efforts des producteurs et celle sanitaire etc. A la fin des échanges, le président du Faso dit prendre note des préoccupations et promet de trouver des solutions.« J’aimerai qu’au niveau du monde rural nous ayons une plus grande ambition. L’ambition de montrer que le monde rural doit être un domaine de rentabilité et de richesse pour les producteurs afin de contribuer au développement du pays. Si nous restons à l’esprit de petites opérations agricoles, nous serons toujours au stade de la conception d’un monde rural faible », a déclaré Roch Kaboré. Et de rassurer :« Nous ferons tout ce qui est à notre moyen pour poursuivre l’accompagnement nécessaire au développement de l’agriculture, de l’élevage et tous les autres secteurs du monde rural comme il se doit ». Cependant, il note que la crise sanitaire et celle sécuritaire ont dévié la priorité du gouvernement en rendant tous les secteurs prioritaires. Toutefois, précise le président du Faso, l’agriculture reste un secteur prioritaire. C’est après ce face à face entre agriculteurs et Président du Faso, que rendez-vous est pris pour Tenkodogo 2023 dans le Centre-Est.

Par Serge Ika Ki

Comment here