A la une, Agriculture, Flash Info

JNP à Manga : Inoussa Ouédraogo propose un réhaussement de la subvention accordée aux producteurs

Manga, chef-lieu de la région du Centre-sud a accueilli la 22è édition de la Journée nationale du paysan (JNP) ce Samedi 24 avril 2021. Cette cérémonie a été ponctuée par des décorations des acteurs du monde rural et des échanges directs entre le chef de l’Etat et les producteurs. Au total 87 producteurs et productrices ont été décorés dont deux récipiendaires au niveau de l’Union nationale des producteurs semenciers du Burkina (UNPSB).

Des membres de l’UNPSB qui ont pris part à la JNP

C’est la Cité de l’Epervier qui a accueilli la célébration de la 22è édition de la Journée nationale du paysan (JNP) après Gaoua en 2019. Placée sous le thème : « impacts socio-économiques des crises sécuritaires et sanitaires sur les secteurs productifs du monde rural : quelles stratégies de résilience ? », cette cérémonie a singulièrement connu une restriction du nombre de participants compte tenu du contexte sanitaire. Elle a réuni 600 participants dont 400 producteurs venus de toutes les treize régions du Burkina. A cette rencontre entre le président du Faso et le monde paysan, l’UNPSB comme à l’accoutumée a été représentée. Selon Inoussa Ouédraogo, président de la faîtière des semenciers, la pertinence du choix du thème est une évidence dans la mesure où il cadre avec la réalité. La crise sécuritaire et sanitaire plombe sans doute les activités des producteurs, a relevé le président l’UNPSB. Et pour lui, des efforts doivent être faits pour renforcer la résilience vis-à-vis de cette double crise. C’est pourquoi, indique-t-il, l’occasion doit être saisie par les producteurs, en présence du président du Faso, pour exposer les préoccupations. D’ores et déjà, Inoussa Ouédraogo estime que la subvention de l’Etat aux producteurs n’est pas suffisante au regard de la place qu’occupe l’agriculture au Burkina, soit l’activité de plus de 80% de la population. Il propose un rehaussement de cette subvention afin de permettre aux agriculteurs de mieux jouer leur partition pour le développement du pays. « Nous pensons qu’on doit aller en ce qui concerne la subvention de l’Etat aux producteurs vulnérables, qui sont les plus nombreux, de 11% à 30% », a-t-il souhaité.

Pour le travail abattu, ce producteur semencier a été décoré

L’opérationnalisation de la centrale d’achat et d’approvisionnement du matériel agricole aux agriculteurs, est aussi l’une des doléances exprimées par le président de l’UNPSB. Cela permettra aux acteurs du monde agricole d’avoir accès aux intrants en tout lieu et en tout temps, conclut-il.

2 producteurs semenciers décorés

A l’occasion de cette 22è édition, 87 producteurs et productrices venus des 13 régions du Burkina ont reçu des décorations. Coulibaly Yézouma et Sango Issiaka ont été faits chevaliers de l’ordre du mérite du développement rural avec agrafe agriculture. « Je dis merci au président du Faso pour la décoration. Je la dédie à ma famille surtout à mon défunt papa » a laissé entendre Coulibaly Yézouma , producteur semencier dans la Boucle du Mouhoun. Après cette distinction « je me sens honoré par la nation mais en même temps c’est une invite au travail pour mieux faire », confie le récipiendaire Sango Issaka, producteurs semenciers du Centre-Est. 

Le président du Faso en échange direct avec les producteurs

Comme à l’accoutumée, à l’occasion de la journée nationale du paysan (JNP), le président du Faso rencontre les producteurs pour discuter des questions de développement au niveau du monde agricole. Pour cette 22è édition dans la cité de l’Epervier, plusieurs préoccupations étaient sur la table de discussion durant plus de quatre heures d’horloge. Il s’agit entre autres des conditions difficiles aux financements, des problèmes fonciers avec l’accaparement des terres, de la crise sécuritaire qui sape les efforts des producteurs et celle sanitaire etc. A la fin des échanges, le président du Faso dit prendre note des préoccupations et promet de trouver des solutions. Cependant, il note que la crise sanitaire et sécurité ont dévié la priorité du gouvernement, en rendant tous les secteurs prioritaires. Toutefois, précise le président du Faso, l’agriculture reste un secteur prioritaire. C’est après ce face à face entre agriculteurs et Président du Faso, que rendez-vous est pris pour Tenkodogo 2023 dans le Centre-Est.

Par Serge Ika Ki

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*