A la une, Elevage, Flash Info

Burkina : zoom sur le Centre d’expertise et de production de poisson du Faso

Au Burkina Faso, le Centre d’expertise et de production de poisson du Faso (CEPROP-Faso) ambitionne d’être une référence dans la pisciculture. Créé en 2017, le Centre produit, transforme et met sur le marché 2 espèces de poissons: le tilapia (carpe) et le clarias ( silures).

Le gérant de CEPROP-FASO, Olivier Nikiéma, a expliqué aux participants les domaines de compétences du Centre

Juchée sur son vélomoteur, ce lundi 25 avril 2021, Madame Yanogo, habitante de Saaba, prend la direction de Bendogo, village situé dans la commune de Loumbila, à une vingtaine de kilomètres de la capitale burkinabè. Au bout d’une trentaine de minutes, elle parvient à destination. «C’est ici que je m’approvisionne en poisson », dit-elle. Aujourd’hui, pour son restaurant, dame Yanogo achète 12 kilogrammes de Tilapia, communément appelé poisson carpe. «Je fais la soupe pour vendre à Saaba. Mes clients aiment le poisson que je prends ici parce que c’est produit au niveau local», explique la trentenaire, assurant faire de bonnes affaires, sans toutefois préciser le montant de ses bénéfices.

Cette dame est venue s’approvisionner en poisson

Du reste, elle souligne: «c’est à travers le commerce du poisson que j’arrive à assurer mes besoins». Installé à la lisière du barrage de Loumbila, à 20 km de Ouagadougou, le CEPROP-FASO dispose de 18 étangs pour la production d’alevins et le grossissement des poissons. «Nous mettons sur pied une écloserie pour être complet», ajoute Olivier Nikiéma, le gérant du Centre. En 2019, le Centre a produit et écoulé 65 000 alevins, une tonne de poissons marchands et 300 kg de poissons fumés. «Depuis le 28 mars de cette année jusqu’à cette date, nous avons écoulé 800 kg de poisson», ajoute Olivier Nikiéma. Si le kilogramme est vendu à 2000 FCFA, l’entreprise a déjà vendu pour 1600000fcfa de poisson. «Et ça, c’est dans un seul bassin», souligne-t-il. A côté de cet investissement pour la production, le CEPROP-Faso est vulgarisateur du four conforme à la technique FAO-Thiaroye pour le fumage de sa production dans des conditions de préservation de la qualité nutritive du poisson et d’utilisation très amoindrie du charbon de bois.

Le Centre met à la disposition de ses clients du poisson fumé

Ce site piscicole nanti d’une certaine expertise dans le domaine de l’aquaculture a été dévoilé à une quarantaine de producteurs qui prennent part à un voyage d’études initié dans le cadre de la mise en œuvre du volet halieutiques du projet P1P2RS. Les participants affirment avoir appris d’autres techniques de production piscicole dans le centre. Toute chose qui va certainement renforcer leur expérience dans le domaine. Au Burkina Faso, les produits halieutiques constituent de nos jours, une source importante de protéines animales pour l’amélioration de la sécurité alimentaire, d’emplois et de revenus pour les populations. Les ressources halieutiques en termes de production se composent de la production par la pêche de capture et de celle résultant de l’aquaculture. 

Par Émilienne Zoungrana

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*