A la une, Agriculture, Flash Info

Campagne cotonnière : en immersion dans les champs, l’UNPCB encourage les cotonculteurs

L’Union nationale des sociétés coopératives des producteurs du coton du Burkina (UNPCB) a effectué le mercredi 23 juin 2021, une visite dans le champ d’un producteur de coton, à Koumbia, localité située dans la province du Tuy dans la région des Hauts-Bassins. Cette visite avait pour objectif non seulement de s’imprégner des réalités du terrain mais aussi d’encourager et de soutenir le producteur de ce champ, mais au-delà l’ensemble des cotonculteurs du pays qui ont déjà amorcé la saison.

C’est un champ de coton d’une superficie d’environ dix hectares que le président de l’UNPCB, Bambou Bihoun, et sa délégation ont visité dans cette matinée du mercredi 23 juin. Entouré par ses hôtes du jour, le propriétaire du champ, Kani Jules Bognini, a tout naturellement salué la visite de cette délégation avant d’exposer sur ses conditions de travail et d’entretien de son champ, toujours en phase de plantule. « Je remercie les membres de l’UNPCB pour avoir porté le choix sur mon champ. C’est une initiative réconfortant et cela va sans doute nous permettre de fournir assez d’effort pour engranger de bon résultats », a laissé entendre le jeune producteur avant de présenter les difficultés auxquelles il fait face dans son champ.

Le propriétaire du champ, Kani Jules Bognini

Pour lui, les mauvaises qualités de certaines semences ainsi que celle pluviométrique et le difficile accès aux intrants agricoles sont les difficultés majeures qui handicapent sa production. « Nous avons eu affaire à beaucoup de graines de semences infertiles » s’est-il confié à ses collègues producteurs, émerveillés par la physionomie du champ. L’année passée par exemple, ajoute-t-il, j’ai produit treize tonnes de coton malgré les difficultés. D’ores et déjà, la saison s’annonce sous de bon auspices, à entendre le producteur. Si le ciel est « généreux » pour cette saison de 2021, Kani Jules Bognini espère produire quatorze tonnes de coton.

Pour atteindre cet objectif, L’UNPCB par la voie de son président, s’engage à soutenir le producteur d’où le sens de leur visite. « Nous avons entendu les difficultés et nous avons pris bonnes notes », a rassuré le Président de l’UNPCB, Bambou Bihoun en espérant avoir une bonne pluviométrie pour cette année.

Le président de l’UNPCB, Bambou Bihoun

Cette sortie de terrain, première du genre pour la saison courante, ajoute-t-il, nous permet de toucher du doigt les réalités que vivent les producteurs. « C’est en cela que nous pourrons trouver les solutions aux différentes préoccupations des cotonculteurs » a précisé le Président, et de mentionner « On doit tout faire pour que le matériel (intrants agricoles) soit accessible à tous ». 

C’est une visite qui s’inscrit dans la démarche traditionnelle de l’UNPCB selon son coordonnateur Kalo Millogo. « Chaque année en début de saison hivernale, nous sortons pour voir sur le terrain l’état d’avancement des travaux champêtres de nos producteurs à savoir les semis » a-t-il expliqué. Dans le cas espèce, poursuit-il, nous sommes satisfaits de l’état d’avancement des travaux.

Le coordonnateur de l’UNPCB Kalo Millogo

Pour rester dans cette dynamique, propose Jérôme Dabiré, le correspondant coton, il faut qu’il respecte scrupuleusement l’itinéraire technique (bonne préparation du champ et le semis à bonne date). Cette application selon le correspondant coton va certainement fructifier la production.

   L’objectif de 600.000 tonnes en 2021

Produire 600.000 tonnes de coton en 2021, c’est l’objectif que s’est fixé l’Union national des sociétés coopératives des producteurs du coton du Burkina. Le Président de la structure l’a répété au cours de leur visite. A en croire, Bambou Bihoun, tous les moyens seront mis en œuvre pour la réussite de cet objectif. C’est pourquoi, dit-il, nous parcourons les champs de nos membres pour les encourager et saluer leurs engagements pour que l’or blanc retrouve son blason au Burkina Faso.  

Ce déplacement dans la zone SOFITEX dans la province de Tuy est le début d’une série de visites qui est lancée par l’UNPCB, nous a confié le coordonnateur. La prochaine fois, nous irons à la découverte d’un autre producteur a-t-il conclu.

                      Serge Ika Ki

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*