A la une, Environnement

Convention de Minamata: les pays africains proposent l’élimination des lampes fluorescentes à mercure

Dans une déclaration, les pays de la région Afrique proposent un amendement pour éliminer les lampes fluorescentes à mercure dans le cadre de la Convention de Minamata. Lisez plutôt !

Nous, les pays de la région Afrique, avons fait le premier pas vers une éventuelle élimination mondiale de tout éclairage contenant du mercure. Cela pourrait être possible si une date d’élimination à court terme pour les lampes contenant du mercure est convenue par les Parties à la Convention de Minamata lors de la prochaine « Conférence des Parties ». Avec cette opportunité de réviser la liste des produits contenant du mercure ajouté, nous sommes d’avis que toutes les lampes fluorescentes contenant du mercure soient incluses dans la partie 1 de l’annexe A de la Convention, ouvrant ainsi la voie à une transition mondiale vers des lampes sans substances toxiques et moins consommatrices d’énergie. C’est l’une des nombreuses mesures prises par la région Afrique pour faire du mercure une histoire. Par ailleurs, il n’existe aucune raison économique ou technique susceptible de justifier la présence desdites lampes sur le marché, car des solutions de remplacement sans mercure sont de plus en plus disponibles, compétitives et faciles à installer dans les luminaires existants. L’éclairage fluorescent est une source de mercure toxique qui met en péril la santé de l’homme et l’environnement. Et, nous sommes conscients qu’il est temps de préconiser l’utilisation des lampes plus écologiques qui n’introduisent pas de mercure dans nos ménages et nos entreprises pour un environnement sain. En outre, au cours des deux (02) dernières années, des progrès significatifs ont été accomplis dans le développement de normes de qualité et de performance pour les produits d’éclairage dans de nombreux pays africains et nous voulons tirer parti de ces progrès en adoptant des réglementations mondiales qui compléteraient nos efforts au niveau régional. Nos priorités dans la région Afrique sont, entre autres, la protection des intérêts sanitaires, économiques et environnementaux des populations d’Afrique et du monde entier. En utilisant un éclairage écologique à grand rendement énergétique et sans produits toxiques, notre région bénéficiera non seulement d’améliorations en matière de sécurité énergétique et de développement économique, mais aussi de la réduction des coûts de consommation d’énergie dans les ménages et les entreprises et l’assurance d’un éclairage de qualité. De plus, alors que les pays du monde entier commencent à éliminer l’éclairage fluorescent à mercure de leurs marchés, il est important de veiller à ce que nos pays qui n’ont pas encore
adopté de telles réglementations ne deviennent des dépotoirs de ces produits d’éclairage fluorescent. Les alternatives non toxiques telles que l’éclairage à diodes électroluminescentes (LED) représentent plutôt une opportunité pour les entreprises du continent africain. La transition vers des alternatives sans mercure aura des répercussions environnementales, sanitaires et socio-économiques positives pour le continent en plus de le débarrasser des impacts négatifs associés à l’utilisation de lampes nocives pour la santé de l’homme et l’environnement. Les cent-trente-une (131) Parties à la Convention discuteront de l’amendement proposé lors des réunions régionales au cours des six (06) prochains mois et aborderont cette question lors de la prochaine « Conférence des Parties (COP4) ». Ainsi, nous sommes impatients de travailler avec nos homologues des autres régions pour « Faire en sorte que le mercure appartienne au passé ».
Je vous remercie !

DECLARATION AU COMPTE DE LA REGION AFRIQUE, DE MADAME OARABILE SERUMOLA ET DE MONSIEUR ROGER BARO, CO-PRESIDENTS DE LA 4 ème CONFERENCE DES PARTIES A LA CONVENTION DE MINAMATA SUR LE MERCURE.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*