A la uneElevageFlash Info

Ouahigouya : un abattoir moderne pour doter la ville de «viande saine et de qualité»

L’abattoir Moderne de Ouahigouya est enfin fonctionnelle. Le joyau a été inauguré, ce samedi 26 juin 2021, par le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, en présence du ministre des ressources animales et halieutiques, Dr Tegwendé Modeste Yerbanga.

 Bâti sur une superficie de 0,8 hectare, l’abattoir moderne de Ouahigouya est conçu avec des équipements modulaires dotés de technologie de dernière génération respectant les normes internationales de sécurité sanitaire et environnementale. Il est composé d’une chaîne d’abattage de bovins, de petits ruminants et d’un atelier de découpe. L’unité d’abattage est calibrée pour atteindre une capacité d’abattage journalière de 50 bovins et 100 petit ruminants. Coût total de l’infrastructure : 1 755 692 813 de FCFA. Améliorer les conditions d’abattage des animaux dans la ville de Ouahigouya, afin de disposer de viande saine et de qualité pour la consommation locale et pour l’exportation.

Coupure du ruban marquant l’inauguration du joyau

C’est tout l’objectif recherché par le gouvernement Burkina à travers la réalisation de cet abattoir. Selon le ministre Yerbanga, la mise en service de cet abattoir permettra de réduire considérablement les exportations de bovins et petits ruminants sur pied. Au cours du fonctionnement de l’abattoir, il est attendu un chiffre d’affaires moyen de 5 milliards par an qui profitera aux différents acteurs de la chaîne de valeur et la création de 35 emplois directs. La réalisation de cette infrastructure s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Programme de Croissance Économique dans le secteur agricole (PCESA) du ministère de l’agriculture, des aménagements hydro-agricoles et de la mécanisation. Le projet PCESA a pour objectif de « contribuer à une augmentation de la productivité des valeurs ajoutées et des revenus agricoles en vue de contribuer à une croissance économique nationale et une réduction de la pauvreté ».

Par Daouda KINDA

Comment here