A la une, Agriculture, Flash Info

Agroécologie : des Maliens, Béninois, Togolais et Nigérians à l’école de la ferme Beo-neere

La ferme Beo-neere agrooécologie de Roumtenga, à la périphérie de Ouagadougou, a reçu du 24 au 26 juillet 2021 une cinquantaine de personnes venues de quatre pays de la sous-région. Agriculteurs dans leurs pays d’origine, ces personnes sont venues renforcer leur compétence en agroécologie.

Ils sont venus du Mali, du Bénin, le Togo, du Nigéria et bien évidemment du Burkina pour participer à la 8e édition d’incubation en agroécologie. Durant ces 72 heures de formations, les participants ont été outillés en technique de pratique de l’agroécologie. Cette formation entrant dans le cadre de la 8e édition d’incubation, indique le directeur de l’association agroécologie, vise à outiller les participants en vue de mieux pratiquer cette technique agricole.

David Foly, spécialiste en agroécologie et par ailleurs formateur

« Au cours de ces trois jours de formation nous leur avons enseigné les techniques de l’agroécologie », a confié le Togolais David Foly, spécialiste en agroécologie et par ailleurs formateur. 

« Nous avons appris la technique de préparation de compost ainsi que celle de la culture de la carotte, de tomate et les techniques de plantation de papayers », a soutenu le Malien Mahammadou Koulibaly à la l’issue de la formation. « J’ai beaucoup appris dans cette formation.Nous avons appris à faire la pépinière de l’oignon, la fabrication du compost qui permet d’améliorer notre sol avant le repiquage des plantes », a indiqué pour sa part Dieudonné Nonfongui du Togo. « Je ressors pétrie d’expérience pour aller sur le terrain », a confié la Burkinabè Céline Ilboudo qui pense déjà à la création d’une ferme pour capitaliser ses connaissances.

Le patron de la ferme, Razack Belemgnégré, a exprimé sa satisfaction

A la clôture de cette formation sanctionnée par des attestations, le patron de la ferme, Razack Belemgnégré, a exprimé sa satisfaction. Il a indiqué que son association nourrit l’ambition de créer une université en agroécologie. Mais en attendant, poursuit Razack Belemgnégré, la ferme va mettre l’accent sur la production des semences de qualité afin de promouvoir la thématique.

  Serge Ki

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*