conférence de presse de la JNA
A la une, Environnement, Flash Info, Gestion durable des terres

Burkina: « 300 000 plants seront mis en terre dans des sites entièrement sécurisés », Siméon Sawadogo

Le Burkina Faso commémore le 7 août 2021 la 3e édition de la journée nationale de l’arbre (JNA). A 5 jours de l’événement, le ministre en charge de l’environnement, Siméon Sawadogo était face à la presse, lundi 2 août 2021 à Ziniaré, localité qui accueille cette 3e édition de la JNA, pour décliner les grandes lignes de l’activité.

« Pour cette 3e édition de la journée nationale de l’arbre (JNA), 300 000 plants seront mis en terre dans des sites entièrement sécurisés dans les chefs-lieux des 13 régions ». C’est ce qu’a annoncé au cours de cette conférence de presse le ministre de l’Environnement Siméon Sawadogo qui avait à ses côtés le comité d’organisation de cette édition des JNA ainsi que des autorités régionales.

Pour la campagne de reforestation 2021, l’ambition affichée du département en charge de l’environnement est de mettre en terre au moins 10 000 000 de plants. En 2018, le gouvernement burkinabè a institutionnalisé la JNA pour « susciter la mobilisation générale de toutes les couches socio-professionnelles afin de restaurer les forêts et les terres dégradés du Burkina Faso ».  «On estime à 247 145 hectares de forêt perdue chaque année», a déploré Siméon Sawadogo qui note que cette situation est due aux effets nocifs des changements climatiques et de diverses pressions anthropiques.

Siméon Sawadogo
Le ministre de l’Environnement Siméon Sawadogo

Selon le ministre en charge de l’environnement, plusieurs initiatives avaient été développées à l’effet de restaurer les nombreuses terres dégradées du pays. Mais cela n’a pas produit les résultats escomptés. « Chaque année, 6 millions en moyenne de plants sont mis en terre sur une superficie estimée à 10 000 ha sur l’ensemble du pays. Malheureusement, le taux moyen de réussite évalué à partir de la 2e année dépasse rarement 25% », a fait savoir l’ancien ministre d’Etat. Siméon Sawadogo a noté que les superficies annuellement reboisées représentent moins de 5% des superficies détruites.

« Fixer un taux de réussite de 60% »

C’est au regard des résultats « peu satisfaisants » que le gouvernement Burkinabè a décidé de prendre le taureau par les cornes en instituant le 24 juillet 2018 en Conseil de ministre la JNA. « Il s’agit de rompre avec les anciennes pratiques et de fixer un taux de réussite de 60% », a martelé Siméon Sawadogo. A travers la JNA, le gouvernement burkinabè veut créer un engouement populaire pour la plantation, l’entretien et la protection des plants mis en terre, magnifier l’arbre pour ses multiples fonctions et services socio- économiques culturels, reconnaitre et récompenser les mérites des acteurs intervenants dans le domaine de la préservation des ressources forestières.

A cette occasion, un accent est mis sur le choix des sites sécurisés pour la plantation, la promotion des espèces locales, la qualité et l’entretien des plants mis en terre et l’accompagnement technique approprié. Au menu de cette JNA qui se tient sous le thème « arbre, identité culturelle et cohésion sociale », il y aura des panels sur les thèmes « place et rôle de l’arbre dans la société traditionnelle au Burkina Faso » et « stratégies endogènes de protection de l’arbre au Burkina Faso ».

La cérémonie officielle prévoit, en outre, une séance de plantation d’arbres à Boalin par les autorités, une remise des prix aux lauréats des différents concours organisés à l’occasion de la JNA, la décoration de plusieurs acteurs qui se sont illustrés dans la restauration des terres ainsi qu’une exposition des produits de la forêt. Le ministre Siméon Sawadogo est convaincu que « si chaque Burkinabè plante et entretient chaque année un arbre, alors nous pourrions gagner le combat contre la désertification et assurer la satisfaction des besoins en biens et services écosystémiques des générations présentes et futures ».

En rappel, les 2  premières éditions de la JNA  se sont tenues respectivement à Tenkodogo le 10 août 2019 sous le thème « arbre et éducation pour une économie verte » et à Banfora le 8 août 2020 sous le thème « arbre et résilience climatique ». Tout comme cette édition, les précédentes étaient placées sous le patronage  du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré.

Par Fatim Nikiéma et Amsétou Sawadogo (Stagiaires)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*