Environnement

Émissions de gaz à effet de serre: une stratégie en élaboration

Le Ministre de l’Environnement, de l’Economie Verte et du Changement Climatique, Siméon Sawadogo a présidé l’atelier de lancement de l’élaboration de la stratégie de développement à faible émission de gaz à effet de serre à long terme ce mardi 5 octobre 2021. L’atelier est organisé par le ministère en collaboration avec l’institut mondial pour la croissance verte GGGI et l’Agence française de développement (AFD).

Le Burkina-Faso, comme tous les autres pays sahéliens subit les effets néfastes du changement climatique. En témoin les épisodes de sécheresse en 2004, 2010, 2011 et 2012 selon le rapport du troisième inventeur national de Gaz à effet de serre. En ratifiant l’Accord de Paris, le Burkina-Faso s’est engagé à résoudre ce problème à travers des moyens bien élaborés. Selon le Ministre en charge de l’Environnement, le présent atelier est important au regard des participants venus de diverses horizons à savoir des services publics et privés, de la société civile et des partenaires techniques et financiers. Les travaux de cet atelier de lancement de l’élaboration de la stratégie de développement à faible émission de gaz à effet serre à long terme devrait aboutir à des résultats probants de sorte que le Burkina Faso, en tant que pionnier dans cet élan, puisse réduire conséquemment les gaz à effet de serre pour un développement durable.

Les participants

C’est pour cette raison qu’avant de clore son discours le Ministre Siméon SAWADOGO a invité tout un chacun à une participation active pour mettre à la disposition du Pays des Hommes Intègres un projet exemplaire de lutte contre le changement climatique. Le Directeur de l’Agence Française de développement Gilles CHAUSSE partenaire financier, a indiqué que sa structure a fait de la lutte contre le changement climatique son identité. C’est pourquoi, elle accompagne le Burkina-Faso par la mise en place d’une facilité dénommé « Facilité 2050 » qui est une subvention de 30 millions d’Euro à l’endroit des pays qui veulent s’inscrire dans une stratégie de long terme inclusive et participative de lutte contre le changement climatique et de réduction de gaz à effets de serre. Le coordonnateur de GGGI Lamine Ouédraogo a quant à lui déclaré que l’atelier entre dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord de Paris au Burkina-Faso. A l’entendre, c’est une recommandation pour les Etat parti de l’Accord qui est aujourd’hui une opportunité pour le Burkina-Faso de faire la projection de ces efforts de réduction de gaz à effet de serre à long terme jusqu’en 2050. Le document de l’atelier d’élaboration de la stratégie de développement à faible émission de gaz à effet serre à long terme servira non seulement de référentiel pour les politiques de développement futur et surtout pour l’acquisitions d’éventuels financements et subventions climatiques.

DCPM / MEEVCC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*