Agriculture, Elevage

Abattoir de Bobo : le ministre Harouna Kaboré s’explique devant les députés

Le Ministre de l’industrie, du Commerce et de l’Artisanat Monsieur Harouna Kaboré a répondu au nom du Gouvernement à deux (02) questions orales avec débat de la représentation nationale burkinabè ce vendredi 5 novembre 2021.

Ces questions font suite à des échanges avec les populations après la visite du barrage de Samandeni par les Députés à l’occasion des journées de redevabilité tenues du 1er au 4 juillet 2021 à Bobo-Dioulasso. La première question a porté sur la réalisation d’un village Industriel pour faciliter la transformation de production agricole, piscicole et maraîchère ainsi que la création d’infrastructures marchandes autour du barrage de Samandeni. La deuxième est relative à la gestion de l’abattoir frigorifique de Bobo-Dioulasso due à l’absence de statut clair et précis de cette infrastructure publique. Par rapport à la première question, le Ministre Harouna Kaboré a expliqué que dans le cadre de l’aménagement du barrage hydro agricole et hydroélectrique de Samandeni, sur une superficie de 500 ha, il a été prévu la mise en place d’une zone agro-industrielle dans la Commune de Bama dans la province du Houet. « Sur les 500 ha, 100 ha ont été sécurisés avec une purge de tous les droits fonciers dans le cadre du plan de développement Intégré de Samandeni et même un plan d’aménagement a été élaboré pour la réalisation d’un village agro-industrielle » a-t-il fait savoir. En perspective selon lui, on peut retenir entre autres, la réalisation des travaux d’aménagement sommaire, de voirie et d’assainissement, de bitumage des différentes routes de déserte, d’installation d’éclairage public et la mobilisation des 400 ha restant de la zone. Quant à la deuxième question,le chef du département en charge de l’industrie a rappelé que l’Abattoir frigorifique de Bobo-Dioulasso (AFB) est un établissement qui offre comme service principal, l’abattage des bêtes au bénéfice des bouchers de la ville de Bobo-Dioulasso. Il a reconnu que sur le plan juridique et institutionnel, l’AFB se trouve aujourd’hui être une « entité anonyme ambiguë » dont la nature, le statut et le régime de son administration sont quasi inexistants et restent à définir. « Toutefois, l’AFB est une entité administrative rattachée au MICA et reçoit à ce titre une subvention annuelle d’environ 70 millions de francs CFA pour son fonctionnement », a souligné le Ministre Harouna Kaboré.

Les députés lors de la plénière

Il a expliqué que le Ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat a initié le projet de réhabilitation de l’Abattoir de Bobo-Dioulasso qui s’intègre dans un projet plus global de construction de 5 abattoirs modernes à Ouagadougou et à Bobo-Dioulasso. L’objectif est de disposer à terme de deux abattoirs industriels de production de viande au Burkina Faso, par la réhabilitation de l’abattoir frigorifique de Ouagadougou, la construction de l’abattoir frigorifique à Bobo-Dioulasso et de trois (03) d’unités d’abattage modernes. « A l’issue de la construction, il est prévu que la gestion de l’Abattoir de Bobo-Dioulasso et des autres abattoirs soit confiée à des opérateurs privés sur la base d’un cahier de charges d’affermage. Les infrastructures sont appelées à être rétrocédés au privé ainsi recruté, une fois l’Etat entré dans ses fonds», a-t-il confié. A l’issue des réponses aux deux (02) questions orales posées, les Députés ont remercié le Ministre Harouna Kaboré pour les réponses et l’ont félicité pour le travail qu’il abat à la tête de son département ministériel.

Avec DCPM MICA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*