Climat, Environnement

COP 26 : La déception des parents

Accélérer la lutte contre le réchauffement climatique à travers le « pacte de Glasgow », c’est ce à quoi ont abouti les négociations de la COP 26 qui devaient se terminer le 12 novembre, mais reportées au lendemain, en raison des tractations qui s’éternisaient. Du côté des parents, c’est la déception car « trop peu de mesures avaient été prises pour protéger les enfants du monde d’une dégradation climatique dévastatrice ».

A l’issue de 2 semaines de négociations, la conférence des Nations unies sur le climat a refermé ses portes, samedi soir, à Glasgow en Ecosse. Même si les travaux ont été sanctionnés par un « pacte de Glasgow » qui appelle à « accélérer les efforts » vers la sortie du charbon et le rythme des engagements des pays pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre, les parents issus de deux réseaux mondiaux, Our Kids’ Climate et Parents For Future Global n’ont pas caché leur frustration. Ils estiment que « les dirigeants de la COP26 ne semblent pas comprendre l’urgence de la crise climatique pour nos enfants ». « Les dirigeants mondiaux, et certains plus que d’autres, ont échoué et ils devront compter avec leur conscience lorsqu’ils rentreront chez eux avec leurs propres enfants et citoyens », a déclaré Maya Mailer, de Our Kids’ Climate.En marge de la COP 26, les parents issus des deux réseaux mondiaux précités ont adressé une lettre ouverte aux dirigeants mondiaux. Dans cette lettre, près de 500 groupes de parents de 44 pays ont appelé à la fin du financement et de l’exploration de nouveaux combustibles fossiles et passer aux énergies renouvelables pour le bien de la santé et de l’avenir des enfants. L’adoption définitive du texte de la COP 26 est intervenue après d’âpres tractations et des changements de dernière minute introduits par la Chine et l’Inde sur la question des énergies fossiles.

« Les enfants se voient refuser une planète vivable pour vieillir »

L’Inde a en effet demandé de modifier le texte final de l’accord pour dire « réduire progressivement » plutôt que « éliminer progressivement » l’énergie au charbon. Ce pays a défendu le droit des pays en développement à « un usage responsable » des énergies fossiles, principale cause du réchauffement climatique. Les représentants de l’Afrique du Sud et de la Chine rejoignent l’Inde dans sa critique du paragraphe 36 de cette déclaration, selon The Guardian. La mention de « la sortie de l’énergie au charbon et des subventions inefficaces aux énergies fossiles » apparait pour la première fois dans un texte officiel d’une COP. Pour l’Afrique du Sud, « une solution unique pour tous n’est pas une bonne solution ». Rowan Ryrie, de Parents For Future Global, a déclaré : « Les changements de dernière minute ont encore affaibli le libellé de l’accord ». « Nous avons besoin d’une élimination complète des combustibles fossiles et d’un arrêt immédiat des nouvelles extractions », a-t-il ajouté, s’étonnant que « les enfants se voient refuser une planète vivable pour vieillir ». Pour Maya Mailer, de Our Kids’ Climate, ces amendements de « la onzième heure (…) visent à donner aux pollueurs une carte de sortie de prison pour continuer à brûler des combustibles fossiles et à détruire la vie de nos enfants et futurs ». Au cours de cette COP des accords sectoriels spécifiques ont été signés, notamment un accord de 20 milliards de dollars pour arrêter le financement des combustibles fossiles à l’étranger.

«Des familles souffrent déjà des conséquences de la dégradation climatique»

Toute chose qui devrait permettre de faire des progrès significatifs dans la réduction des émissions, mais nécessiteront une traduction des gouvernements nationaux en politiques et plans qui doivent être présentés au prochain sommet mondial sur le climat qui se déroulera l’année prochaine en Egypte. Malgré leur déception, les parents se disent déterminer à poursuivre la lutte pour un monde « sans pétrole, sans gaz et sans charbon ». « Tant de familles, en particulier dans les pays du Sud, souffrent déjà des conséquences de la dégradation climatique ; c’est déchirant », a déclaré Maya Mailer, promettant continuer à se battre avec des milliers d’autres parents, pour mettre fin aux combustibles fossiles et « garder mes enfants, et tous les enfants, en sécurité ».« Notre amour féroce et puissant pour nos enfants nous maintiendra engagés dans la promotion de l’action climatique jusqu’à ce que les combustibles fossiles soient de l’histoire ancienne », a martelé Rowan Ryrie.

Daouda KINDA

NB: Cette histoire a été produite par Climate Tracker

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*