Environnement

Burkina: un symposium panafricain sur la sauvegarde environnementale et sociale

Ouagadougou a abrité le vendredi 19 novembre 2021 la 1ere édition du symposium panafricain sur la sauvegarde environnementale et sociale. Organisée par la Famille sauvegardes environnementales et sociales (FASES) en collaboration avec l’Association des femmes environnementalistes (AFE), cet évènement dont l’ouverture a été présidée par le ministre en charge de l’environnement, Siméon Sawadogo, vise à développer une grande capacité de résilience des pays africains face au changement climatique.

« Sauvegardes environnementales et sociales dans un contexte de changements climatiques et de crise sécuritaire : quelles contributions ? ». C’est autour de ce thème que se tient la 1ere édition du symposium panafricain sur les sauvegardes environnementales et sociales. Un thème assez interpellateur car « les ressources naturelles connaissent une dégradation continue ». La question de la préservation de l’environnement se pose avec acuité.

Photo de famille

Ainsi, ils sont 200 participants venus d’une vingtaine de pays africains et européens, réunis en présentiel et en virtuel, à ce symposium pour plancher sur la question.  Identifier les difficultés dans la mise en œuvre des mesures de sauvegardes, formuler des solutions et définir des critères de convergence des différents acteurs, c’est tout l’objectif de ce cadre d’échanges. « Il s’agit de réunir les acteurs sur la question, en faisant des propositions concrètes afin de rendre plus opérationnels les différents projets de développement dans les pays africains », a indiqué Teeg Aymar Kaboré, président de la FASES. Son espoir, c’est qu’au sortir du symposium des conclusions et recommandations pertinentes soient formulées afin de booster les projets de développement et d’interpeller les décideurs politiques sur la nécessité des sauvegardes environnementales et sociales.

« Les enjeux et les défis actuels nécessitent des ajustements institutionnels et techniques »

Par définition, les sauvegardes environnementales et sociales visent à éviter, minimiser, atténuer et/ou compenser les impacts environnementaux et sociaux négatifs des projets et programmes, à assurer que les impacts environnementaux et sociaux durant les phases de préparation et de mise en œuvre soient évalués de façon appropriée, à fournir un mécanisme pour la consultation des populations potentiellement affectées et à divulguer les informations pertinentes auprès de celles-ci par le projet ainsi qu’aux parties prenantes. Ces questions environnementales et sociales sont devenues tellement cruciales que le non-respect des mesures de sauvegardes peut avoir des conséquences fâcheuses sur un projet donné et même sur l’ensemble du portefeuille de projets financés par un Partenaire Technique et Financier (PTF).

Des participants

Le ministre Siméon Sawadogo qui a présidé la cérémonie d’ouverture du symposium a salué la tenue d’une telle activité. Le Ministre de l’Environnement, de l’Economie Verte et du Changement climatique a remercié la Famille Sauvegarde environnementale et l’Association des Femmes environnementales pour l’Organisation du symposium. Il a promis de soutenir et d’accompagner les recommandations formulées à l’issue de ce symposium. Pour lui, « les enjeux et les défis actuels nécessitent des ajustements institutionnels et techniques afin de répondre aux objectifs de durabilité environnementale de nos actions de développement ».  « Mon département, qui gère ce volet, vient d’améliorer son cadre institutionnel en transformant le Bureau national des évaluations environnementales en Agence nationale des évaluations environnementales et sociales », a déclaré Siméon Sawadogo. Selon lui, ce nouveau cadre institutionnel permettra de garantir une autonomie dans la gestion des dossiers sensibles et relatifs à l’environnement. Au demeurant, Siméon Sawadogo a insisté sur la nécessité de protéger l’environnement et la planète car « il n’y a pas de plan B », la terre étant notre seul espace vital.

Daouda KINDA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*