Environnement, News

Pétrole et gaz naturel: la Côte d’Ivoire dans la cour des grands

La Côte d’Ivoire avait annoncé en septembre la « découverte majeure » de pétrole et de gaz naturel au large de ses côtes est. Le président Alassane Ouattara a salué ce vendredi les accords signés par le pétrolier Eni.

Dans le pétrole, il faudra bientôt compter avec la Côte d’Ivoire. Le président ivoirien Alassane Ouattara a affirmé ce vendredi que son pays allait devenir un producteur « important » de cet hydrocarbure à partir de 2023. Ces déclarations font suite à la découverte en septembre de gisements. Ils seront exploités par la société italienne Eni .

« L’exploitation va commencer dans les mois qui viennent. A partir de 2023-2024 la Côte d’Ivoire sera un producteur de pétrole à un niveau important », a déclaré le chef de l’Etat à l’occasion de la signature d’accords avec le géant pétrolier italien. Saluant la rapidité avec laquelle le gouvernement ivoirien a donné son feu vert, le PDG d’Eni, Claudio Descalzi, a confirmé que « la première production de ce champ » aura lieu en 2023.

1,5 à 2 milliards de barils

La Côte d’Ivoire avait annoncé en septembre dernier la « découverte majeure » de pétrole et de gaz naturel au large de ses côtes à l’est du pays. Le potentiel de ce gisement baptisé « Baleine » est élevé : 1,5 à 2 milliards de barils de pétrole brut et 1.800 à 2.400 milliards de pieds cube de gaz associé.

Jusqu’à présent, la Côte d’Ivoire était un producteur modeste d’hydrocarbures, avec environ 30.000 barils par jour. Reste à savoir quelle sera la part qui reviendra à la Côte d’Ivoire dans l’exploitation du pétrole.

Interrogé sur le sujet, Claudio Descalzi n’a pas donné de chiffre, indiquant simplement qu’il s’agissait d’un contrat de partage de production comme la société Eni en conclut « en Afrique et dans le monde ». Lors de la phase d’exploration, Eni contrôlait 90 % du bloc CI-101 contre 10 % pour Petroci Holding qui représente les intérêts du gouvernement.

Formation d’ingénieurs

Le président Alassane Ouattara a de son côté salué les accords signés par Eni pour s’engager sur la formation d’ingénieurs et de cadres. « Bien sûr, il y a un aspect financier mais aussi un aspect formation c’est très important » pour « l’emploi des jeunes », a-t-il déclaré.

Outre Eni, plusieurs sociétés internationales, comme TotalEnergies ou Tullow Oil, ont annoncé ces dernières années des découvertes importantes dans le pays qui dispose de 51 champs identifiés dont quatre en production, 26 en exploration et 21 encore libres ou en négociation. La COP26 de Glasgow et ses engagements sur les énergies fossiles semblent déjà loin.

Source AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*