A la uneAgricultureFlash Info

Burkina : une centrale d’approvisionnement en intrants et en matériels agricoles voit le jour

La mise en place de la Centrale d’approvisionnement en intrants et en matériels agricoles (CAIMA) annoncée depuis quelques années dans le cadre du Plan national de développement économique et social (PNDES) se concrétise. Ce mercredi 24 juin 2020, une Assemblée générale constitutive s’est tenue à Ouagadougou pour consacrer l’adhésion des parties prenantes à la CAIMA.

« Nous attendions la mise en place de cette structure depuis longtemps. Le processus a été long, mais elle est en train de se concrétiser », a déclaré Eric Zougmoré, 1er rapporteur de la chambre nationale de l’agriculture du Burkina Faso. Ce dernier précise que la mise en place de cette structure va « nous permettre en tant qu’acteurs du monde rural d’avoir accès à moindre coût aux intrants et équipements agricoles ». En effet, la CAIMA a pour objectif principal d’assurer l’approvisionnement régulier du pays en intrants et matériels agricoles de qualité, en quantité suffisantes et à des prix accessibles. De façon spécifique, la Centrale devra constituer et gérer un stock de sécurité nationale en intrants et matériel agricole pour éviter les ruptures d’approvisionnement, satisfaire les besoins en semences, engrais, pesticides et matériel agricole et contribuer à la collecte et à la diffusion au niveau national de l’information sur les intrants et matériels agricoles. « L’Assemblée générale constitutive de la CAIMA marque le point de départ d’une entreprise qui sera glorieusement portée par tous pour le bonheur des agriculteurs du Burkina et, peut-être, au profit d’agriculteurs d’autres pays », a indiqué Dr Lamourdia Thiombiano, secrétaire général du ministère de l’Agriculture qui a présidé l’ouverture des travaux.

Les participants à l’Assemblée générale constitutive de la CAIMA

Au cours de cette Assemblée générale, les participants devront décider des orientations à donner à la centrale et des conditions d’adhésion qui constituent l’affirmation de la volonté des acteurs à appartenir à la CAIMA. Le processus ayant conduit à l’AG constitutive a été non seulement long, mais a également comporté des péripéties qui ont quelquefois menacé le cours du dossier, a regretté Dr Thiombiano. « Malgré les aléas, la volonté confirmée du gouvernement et la ténacité des acteurs ont permis de dissiper les incertitudes et les doutes qui se manifestaient à chaque étape de la conception du projet », s’est réjoui le secrétaire général. Dr Lamourdia Thiombiano a invité les acteurs à poursuivre dans la même dynamique et à faire de la CAIMA un outil efficace qui va contribuer « à lever une des contraintes majeures à l’augmentation de la productivité et de la production agricoles qui est le faible niveau d’utilisation d’intrants de qualité et de matériel agricole adapté ».

Par Daouda KINDA

Le Monde Rural

Comment here