A la uneEnvironnementFlash InfoGestion durable des terres

GESTION DURABLE DES TERRES : A l’école de Roch le Forestier

Les journalistes conviés à Koudougou pour un atelier de formation les 4,5 et 6 Mars 2020 ont eu du plaisir à suivre les différentes communications sur des thématiques en rapport avec la gestion durable des terres. Les deux derniers jours ont permis aux participants d’approfondir leurs connaissances avec Roch Panandétigiri, ce forestier passionné bien connu à l’initiative de la grande muraille verte pour le Sahara et le Sahel.

Calme et au regard vigilant, Roch PANANDETIGIRI épate toujours ses interlocuteurs quand il s’agit de parler d’environnement. C’est ce forestier passionné qui s’est entretenu avec une vingtaine de journalistes dans la cité du cavalier rouge. Au premier jour de son intervention, le communicateur s’est focalisé sur la GDT, entendez par-là : Gestion Durable des Terres. La dégradation de ce riche patrimoine qu’est la terre est constatée dans plusieurs zones de la planète et plus particulièrement en Afrique. Des causes biophysiques, socio-économiques et naturelles sont citées en faisant cas de l’orpaillage, le surpâturage, les feux de brousse, la pauvreté ou l’insécurité foncière. Ces agissements de l’homme conduisent à la dégradation des terres, ce qui a des conséquences au niveau écologique et même social. Pour la récupération et la gestion durable des terres, le forestier Roch rappelle aux journalistes quelques technologies. Il s’agit des techniques du Zaï, la demi-lune, les cordons pierreux, les digues filtrantes, le labour à la charrue Delphino, la haie vive pour ne citer que celles-là. Au cours des échanges dans une ambiance parfois détendue, le communicateur évoque de temps à autre ses expériences professionnelles. C’est dans cette dynamique que cet agent du ministère de l’Environnement fait cas des approches développées à différents niveau pour apporter une réponse à la désertification et le changement climatique. Référence est faite à la stratégie et le plan d’action de la Grande Muraille Verte. Ce projet déjà engagé sur le terrain au Burkina Faso a besoin de l’accompagnement des journalistes, c’est pourquoi à l’image du coordonnateur nationale de l’IGMVSS, Roch PANANDETIGIRI encourage les journalistes à œuvrer pour la sensibilisation des populations sur la gestion durable des terres.

Joël SORE

Comment here