A la uneElevageFlash Info

MICRO-CREDITS DU FODEL : des bénéficiaires reçoivent leurs chèques

Le ministère des Ressources animales et halieutiques à travers le fonds de développement de l’élévage (FODEL) a remis, ce vendredi 26 juin 2020 à Ouagadougou, des chèques aux acteurs de l’élévage. La cérémonie de remise a été présidée par le ministre Sommanogo Koutou, himself.

Au Burkina Faso, l’une des principales difficultés du secteur de l’élévage est l’accès aux crédits. Pourtant, ce secteur tient une place importante dans l’économie nationale. Après l’or et le coton, l’élévage est le 3e produit d’exportation du pays. La remise de chèque, vendredi, devra permettre de résoudre un tant soit peu la problématique de l’accès aux crédits. Au total, pour cette cohorte ce sont 291 bénéficiaires des crédits FODEL qui recevront leurs chèques. Vendredi, 10 d’entres eux, ont reçu des mains des premiers responsables et ministères des ressources animales et du FODEL leurs chèques. « Ce sont au total la somme de 297.875.000 FCFA, pour des montants individuels allant de 500.000 FCFA à 4.000.000 FCFA qui seront injectés par ce circuit dans l’économie nationale afin de booster nos activités », a déclaré Dr Saïdou Ouédraogo, directeur général du FODEL. « Ce n’est pas la première fois que le FODEL octroie des crédits.

Le directeur général du FODEL, Dr Saïdou Ouédraogo, remettant un chèque

La structure existe depuis longtemps et accorde régulièrement des micro-crédits aux acteurs de l’élévage », a renchéri le ministre Sommanogo Koutou. L’une des difficultés dans le financement des micro-crédits reste le faible taux de recouvrement. Sur ce point, le ministre Koutou a interpellé les différents acteurs à respecter les cahiers de charges et à rembourser à bonne date le crédit afin que d’autres personnes puissent également en bénéficier. « Autant l’état reste et demeure aux côtés des acteurs, autant les acteurs se doivent de se saisir cette main tendue de l’état pour accroitre leur professionnalisme et améliorer leur productivité. Nous devons alors garder en tête qu’en remboursant intégralement nos crédits, nous permettons au Gouvernement d’élargir l’horizon financier au profit d’autre bénéficiaires », a ajouté Dr Saïdou Ouédraogo. Le directeur général du FODEL informe, du reste, que le FODEL a entrepris une campagne de communication directe dans ce sens. Pour leur part, les bénéficiaires promettent respecter leurs engagements. Évoluant dans l’élévage des poulets locaux, Sakieta Béogo/Tiendrébéogo bénéficie pour la première fois d’un financement du FODEL.

Photo de famille à l’issue de la cérémonie

Elle entend, avec ce financement, booster son activité. « Ce n’est pas ma première fois de bénéficier d’un financement du FODEL. Il y a 4 ans de cela, j’avais été bénéficiaire d’un financement. J’ai remboursé ce premier crédit et j’ai sollicité un autre crédit de 600 000 FCFA pour booster mon élevage de petits ruminants », déclaré une autre bénéficiaire. « Nous remercions le FODEL pour cet engagement combien inestimable pour booster nos activités et partant améliorer nos conditions de vie », a affirmé Sakieta Béogo/Tiendrébéogo, la représentante des bénéficiaires. « Nous prenons l’engagement d’œuvrer à une bonne mise de nos activités respectives en utilisant rationnellement les fonds mis à notre disposition afin de garantir leurs remboursements à bonne date », a-t-elle assuré. Mis en place le 25 juillet 1996, le FODEL a pour objectif fondamental la mobilisation, la coordination et la gestion les fonds destinés à la promotion des activités de développement socio-économique du sous-secteur élevage. De 2016 de au 31 mai 2020, le FODEL a financé 1733 micro-crédits au profit des acteurs et actrices de l’élevage d’un montant global de 2.156.196.000 FCFA. Parallèlement au crédit, le FODEL a à son actif la réalisation de 36 parcs de vaccination, 42 forages, 14 sessions de formation et 08 voyages d’études au profit des acteurs. « Le FODEL a de grandes ambitions pour mieux accompagner les acteurs et actrices du sous-secteur de l’élevage pour booster leurs activités et partant, participer au développement économique et social de tous les burkinabé », a noté Dr Saïdou Ouédraogo, promettant de relever avec son équipe ces défis afin d’atteindre les ambitions de la boîte. « Notre vision, c’est de faire du FODEL un modèle de Fonds National de Financement, autonome financièrement et qui satisfait les exigences et les besoins des acteurs et actrices du sous-secteur de l’Elevage », a-t-il, par ailleurs, souligné. Au demeurant, le directeur général du FODEL a donné l’assurance que « nous travaillons pour que les actions du FODEL puissent s’insérer dans le cadre des objectifs fixés par le Gouvernement et particulièrement ceux de la politique sectorielle du département en charge de l’élevage et ceux de la politique financière du Ministère en charges des finances ».

Par Daouda KINDA

Comment here