A la uneEnvironnementFlash InfoGestion durable des terres

PRIX « GRANDE MURAILLE VERTE » EN JOURNALISME : PROMOUVOIR LA GESTION DURABLE DES TERRES

A la faveur d’un atelier de formation tenu à Koudougou du 04 au 06 Mars 2020 au profit d’une trentaine d’hommes et de femmes de media, l’Initiative de la Grande Muraille Verte pour le Sahel et le Sahara(IGMVSS) a lancé officiellement la première édition d’un concours journalistique. Le prix « grande muraille verte » vise à encourager la réalisation de productions journalistiques qui contribuent à la gestion durable des terres.

Dans le cadre de la mise en œuvre de la phase 2 du programme de renforcement de capacités,l’initiative de la Grande muraille verte pour le Sahara et le Sahel veut mieux stimuler les hommes de la plume à la production d’œuvres de qualité pour la sensibilisation des populations sur les bonnes pratiques en matière d’environnement et particulièrement dans la récupération et la gestion durable des terres. Le prix « Grande Muraille Verte » est ouvert à tout journaliste dans les zones d’intervention du programme à savoir les régions du plateau central, du centre-nord, du sahel, de l’Est puis le centre. La presse écrite, en ligne et celle audiovisuelle sont concernées et les langues des œuvres à produire sont le mooré, le fulfuldé,le gulmacema et le français. Les œuvres journalistiques doivent être produites entre le 1er Juin 2019 et le 31 Mai 2020.

Adama DOULKOM, coordonnateur de l’IGMVSS

En attendant la période de dépôts des œuvres du 1er juin au 19 juin 2020,le coordonnateur de l’IGMVSS,Adama DOULKOM a tenu à féliciter les hommes de plumes amoureux de l’environnement qui font un travail impressionnant pour accompagner l’initiative de la grande muraille verte. En attendant l’édition de 2020 de la nuit de l’arbre où les lauréats de ce prix seront connus, le coordonnateur exhorte les journalistes à sensibiliser les populations sur la récupération et la gestion durable des terres pour faire davantage du Burkina Faso un bon exemple aux yeux du monde sur la question de protection de l’environnement.

Joël SORE

Comment here